•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Boulevard du Pacifique, ICI Première.

La baisse du nombre d'élèves internationaux a des conséquences

Publié le 30 avril 2021
Un élève international au conseil scolaire de Maple Ridge.
Les élèves internationaux doivent payer pour faire leurs études primaires et secondaires dans les écoles de la Colombie-Britannique. PHOTO : Radio-Canada

Où sont les élèves internationaux? Avec la pandémie et la fermeture des frontières, ils se font de plus en plus rares en Colombie-Britannique et cela a des impacts sur les finances des commissions scolaires de la province.

Andrée Gacoin, directrice de la recherche et de la solidarité internationale à la Fédération des enseignantes et enseignants de la Colombie-Britannique, calcule que cette clientèle a fondu de moitié. On ne connaît pas les chiffres exacts, mais on pense que c'est la moitié, estime-t-elle. En 2019, la Colombie-Britannique accueillait plus de 15 000 élèves, et en 2020, c'était près de 8000.

La concurrence pour attirer ces élèves étrangers est féroce entre les commissions scolaires. Ça nous inquiète beaucoup. C'est un système d'inégalité. On utilise des fonds privés pour donner plus d'opportunités à certains élèves dans un système public que d'autres élèves.

La directrice de la recherche et de la solidarité internationale à la Fédération des enseignantes et enseignants de la Colombie-Britannique déplore également que la manne financière créée par les élèves étrangers ne soit pas répartie équitablement dans la province. Tous les conseils scolaires pourraient en bénéficier, selon elle.