•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Réactions face à l'annonce du retour potentiel des enseignements en personne

Boulevard du Pacifique, ICI Première.

Que pensent les étudiants de la reprise des cours postsecondaires en septembre?

Le campus de l'Université Quest à Squamish en Colombie-Britannique
Le campus de l'Université Quest à Squamish en Colombie-Britannique, où étudie Haby Ka.PHOTO : Radio-Canada / Philippe Moulier
Boulevard du Pacifique, ICI Première.
Boulevard du PacifiquePublié le 10 mars 2021

« Il y a un vrai soulagement, surtout chez les étudiants en première année qui n'ont pas eu la chance d'expérimenter la vie sociale du campus », indique Haby Ka, présidente de l'association des étudiants de l'Université Quest à Squamish et membre du BCFS.

Les universités et des collèges publics peuvent se préparer à un retour à l’enseignement en personne dès septembre de cette année.

C'est ce qu'ont indiqué hier la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry, et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle de la province, Anne Kang.

Pour Haby Ka, cette nouvelle est un vrai soulagement : Je viens du Sénégal, et ces derniers huit mois j’étais à la maison, le décalage horaire n’était pas facile avec les cours en ligne, confie l’étudiante.

La présidente de l’association des étudiants de l'Université Quest, à Squamish, a dû apprendre à travailler et gérer ses fonctions à distance. On avait tellement d’événements qu’on n’a pas pu faire à cause la COVID-19, alors on est très excités de revoir tous les élèves en personne.

« [Du Sénégal], je travaillais jusqu’à 6 h ou 7 h du matin et je continuais dans la journée, j’ai dû inverser mon horloge interne pour travailler. »

— Une citation de  Haby Ka, présidente de l'association des étudiants de l'Université Quest à Squamish et membre du BCFS

Les étudiants attendent maintenant les modalités du retour en classe, un retour qui présente encore beaucoup d’incertitudes. Je me demande quel genre d’élève je serai au retour, avec les cours en personne on s’est habitué à une autre routine, il y a une plus grande flexibilité [...] je suis curieuse de voir comment ça va marcher, note Haby Ka.

« Je pense que c’est une décision réaliste, une réouverture est réaliste si on suit les protocoles sanitaires. »

— Une citation de  Haby Ka, présidente de l'association des étudiants de l'Université Quest à Squamish et membre du BCFS