•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Boulevard du Pacifique, ICI Première.

Contrôle des armes à feu : vers une baisse de la criminalité en Colombie-Britannique?

Publié le 17 février 2021
Une mitraillette et plusieurs revolvers sont posés sur une table.
Ottawa et de grandes villes comme Vancouver et Surrey, aimeraient un meilleur contrôle des armes à feux, dont les armes de poing.PHOTO : iStock

« C'est une nouvelle bureaucratie qu'on crée, ce n'est pas évident que ça va avoir un gros impact sur la criminalité et sur l'usage illégal et dangereux de ces armes à feu là », estime Yvon Dandurand, criminologue et professeur émérite à l'Université de la Vallée du Fraser.

De nouvelles mesures visant à resserrer le contrôle des armes à feu au Canada ont été dévoilées par le gouvernement de Justin Trudeau.

Ces mesures comprennent notamment un système de « drapeau rouge » et « drapeau jaune » qui permettraient de saisir des armes à feu ou de suspendre le permis de possession.

[Les policiers] peuvent saisir des armes à feu quand ils ont raison de croire que quelqu'un serait mis en danger, donc ce n'est pas nouveau, note le criminologue Yvon Dandurand.

« Les policiers regardent ça attentivement, parce que l’on met des responsabilités supplémentaires qui vont créer des attentes de la part de la population. »

—  Yvon Dandurand, criminologue et professeur émérite à l'Université de la Vallée du Fraser.

D’autre part, il deviendrait onéreux de conserver armes d’assaut de type militaire, suite à leur interdiction en mai dernier. Ça va être très onéreux pour les gens qui veulent garder ces armes-là, surtout qu’ils ne peuvent pas s’en servir [...] je ne sais pas pourquoi les gens veulent les conserver dans ces conditions-là, confie Yvon Dandurand.

En réponse à ces mesures, les maires des villes de Vancouver et Surrey proposent d'aller plus loin en interdisant le port d'armes de poing dans leurs villes. Ça peut avoir un effet, mais ça va être marginal, parce qu'il ne faut pas s’imaginer que les criminels vont enregistrer leurs armes à feu, explique le criminologue. Selon lui, il faudrait également investir dans le contrôle du trafic d’armes à feu avec les États-Unis, où les armes à feu circulent plus librement.