•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Boulevard du Pacifique, ICI Première.

Des chauffeurs de taxis de Whitehorse soupçonnés de harcèlement sexuel

Publié le 10 février 2021
une personne tranverse la rue, sous la neige.
Des femmes dénoncent le harcèlement dont elles ont été victimes de la part de chauffeurs de taxi à Whitehorse.PHOTO : Radio-Canada / Claudiane Samson

« Il y a des chauffeurs qui vont profiter de la vulnérabilité de certaines femmes pour les agresser ou les harceler », dénonce Ketsia Houde-Mclennan, directrice exécutive du Women's Transition Home à Whitehorse.

Lorsque l’on est une femme, prendre un taxi à Whitehorse, au Yukon, ne semble pas être un moyen de transport sécuritaire.

En effet, de nombreuses femmes se sont plaintes sur les réseaux sociaux de comportements déplacés, de harcèlement ou d'agression sexuelle de leur chauffeur de taxi. C’est un problème qui dure depuis très longtemps et qui n’est pas unique à Whitehorse, estime Ketsia Houde-Mclennan.

« Il y a des femmes qui sont allées sur Facebook et qui ont dénoncé des chauffeurs de taxi publiquement [...] les gens se plaignent que certains chauffeurs sont des prédateurs et s’en prennent aux femmes. »

—  Ketsia Houde-Mclennan, directrice exécutive du Women’s Transition Home à Whitehorse

En 2017, on a réussi à ce que la ville mette des caméras dans les voitures et de l’information sur le chauffeur pour pouvoir porter plainte, explique Ketsia Houde-Mclennan. Pourtant, selon elle, ces mesures n’ont pas amélioré la situation, et l’absence de plaintes formelles ne pousse pas la ville de Whitehorse à agir plus fermement.

Il y a très peu de plaintes, poursuit-elle, il y en a, mais rien ne semble être fait. L’absence de reconnaissance de la parole des femmes par la justice empêche la situation de s’améliorer, selon la directrice exécutive du Women’s Transition Home.

« Il n’y a plus d’autobus après 22 h à Whitehorse, donc au niveau des transports il n’y a pas beaucoup de choix. »

—  Ketsia Houde-Mclennan, directrice exécutive du Women’s Transition Home à Whitehorse

Ketsia Houde-Mclennan demande la création de formations obligatoires pour les chauffeurs de taxi sur le harcèlement sexuel et la mise en place d’inspections surprises des taxis. Le recrutement de chauffeurs de taxi femmes est aussi envisagé : Ça peut être une partie de la solution [...] il y a des femmes taxis à Whitehorse, mais pas assez, souligne-t-elle.