•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le changement climatique réchauffe plus que jamais l'Arctique

Un ours polaire se déplaçant sur la banquise, dans le Nord canadien.
Le Grand Nord bat des records de chaleur cet hiver.PHOTO : Associated Press / David Goldman
Boulevard du Pacifique, ICI Première.
Boulevard du PacifiquePublié le 23 janvier 2021

« On réchauffe les pôles trois fois plus rapidement que le reste de la planète », déplore Armel Castellan, météorologue d'Environnement et Changement climatique Canada.

Il fait anormalement chaud dans le Grand Nord canadien cet hiver. Plusieurs records de températures ont été battus ces dernières semaines.

L’année 2020 est, à égalité, l’année la plus chaude depuis qu’on enregistre les données de façon systématique à travers le globe, explique Armel Castellan.

Et parmi ce réchauffement global de la planète, les pôles sont particulièrement touchés. Les pôles font partie de cette anomalie chaude depuis des décennies, et particulièrement ces dernières années avec des anomalies de plusieurs degrés, constate le météorologue.

« Le changement climatique est plus fort, il nous affecte plus aux pôles de la planète qu’à l’équateur, même si la planète dans son ensemble est en train de se réchauffer. »

—  Armel Castellan, météorologue d'Environnement et Changement climatique Canada

Armel Castellan s’attend à des chaleurs records pour ce mois de janvier en Arctique, en comparaison avec les autres années : On peut s’attendre à un mois de janvier dans le top 5, dit-il.

« Même le phénomène atmosphérique de refroidissement actuellement en cours, La Nina, n’arrive pas à contrer ce réchauffement. »

—  Armel Castellan, météorologue d'Environnement et Changement climatique Canada