•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Première exposition du projet de la Galerie nomade

Boulevard du Pacifique, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 21 août 2020

Première exposition du projet de la Galerie nomade

Prince George fait place aux artistes visuels francophones

Une peinture de Johanne Galipeau
L'artiste de l'Île Gabriola Johanne Galipeau fait partie de cette exposition PLACE, à Prince George.PHOTO : Courtoisie France Trépanier
Boulevard du Pacifique, ICI Première.
Boulevard du PacifiquePublié le 22 août 2020

« J'ai proposé aux artistes de réfléchir sur cette idée de place. La place que l'on se taille, la place qu'on se fait, la place qu'on occupe comme artiste francophone en Colombie-Britannique, dans un contexte linguistique minoritaire », confie France Trépanier, commissaire invitée de l'exposition PLACE, à la TwoRivers Gallery de Prince George.

L'exposition nomade PLACE s'arrête à Prince George cet été. Organisée par le Conseil culturel et artistique francophone de la Colombie-Britannique (CCAFCB), en collaboration avec le Collectif des artistes visuels de Colombie-Britannique, cette exposition, qui sera présentée dans trois régions de la province, regroupe trois artistes visuels francophones principaux auxquels s'ajoute un artiste local à chaque étape.

Elle est présentée depuis le 6 août 2020 et jusqu'au 20 septembre 2020 à la TwoRivers Gallery de Prince George. La partie la plus difficile était de trouver des galeries anglophones qui étaient prêtes à nous ouvrir leurs portes, souligne France Trépanier.

« C’est une idée qui s’est développée il y a quelques années, après avoir fait le constat des lacunes pour présenter les artistes francophones de la Colombie-Britannique. »

— Une citation de  France Trépanier, commissaire invitée de l'exposition PLACE

Les Vancouvérois Ghislain Brown-Kossi et Florence Debeugny, et la résidente de l’Île Gabriola Johanne Galipeau sont les trois artistes visuels principaux présents tout au long de cette exposition nomade, qui se rendra ensuite à Coquitlam et Penticton l’année prochaine. Un artiste invité, Marc Patrick LaCaille, se joint à eux pour l’exposition de Prince George.

J’ai pensé à ces trois artistes là pour présenter un éventail assez large du type de production artistique en C.-B. actuellement, explique la commissaire invitée de l'exposition PLACE.

L’autre but de ce projet d’exposition nomade est de faire parler de l’art visuel francophone de la province. On veut faire partie du réseau d’artistes francophones qui existe au Canada, note France Trépanier.

L’exposition peine un peu à s’installer, à cause de la pandémie. C’est un peu lent, comme dans toutes les galeries et musée de la province, à cause de la pandémie les activités fonctionnent au ralenti, souligne-t-elle.

« On a dû annuler le vernissage, mais on espère pouvoir faire un finissage, un événement pour célébrer les artistes et l’exposition, à la fin de celle-ci. »

— Une citation de  France Trépanier, commissaire invitée de l'exposition PLACE