•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Boulevard du Pacifique, ICI Première.
Boulevard du Pacifique, ICI Première.
Rattrapage du mardi 21 juillet 2020

L'industrie du tourisme cherche des fonds pour se reconstruire

L’industrie touristique demande de l’aide pour passer l’hiver

Publié le 22 juillet 2020
L'office du tourisme de Victoria
L'office du tourisme de VictoriaPHOTO : Radio-Canada / ANAIS ELBOUJDAINI

« On entre dans une stratégie de survie jusqu'à l'été prochain, et à ce moment-là on pourra contribuer à nouveau à l'économie », estime Paul Nursey, président directeur général de Destination Greater Victoria.

L'Association de l'industrie touristique de la Colombie-Britannique demande 680 millions de dollars pour relancer son industrie. Cette somme représente presque la moitié du programme de relance de la COVID-19 d'un milliard 500 millions de dollars, promis à la province par le gouvernement fédéral.

La demande est copiée du gouvernement du Québec qui a déjà annoncé 750 millions de dollars pour leur industrie touristique, explique Paul Nursey.

La somme demandée est très importante, surtout en considérant sa part dans le plan de relance global, mais Paul Nursey trouve que l’industrie touristique le mérite. Il faut comprendre que c'est une situation d’urgence, et que pendant des années l’industrie touristique a rapporté des milliards de dollars à la province.

« Toute l'industrie est pour l’instant subventionnée par les aides de l’État, mais quand ça s’arrêtera, c’est là que nos entreprises vont faire faillite »

—  Paul Nursey, président directeur général de Destination Greater Victoria

Paul Nursey s’inquiète de l’avenir de son industrie si les fonds réclamés ne sont pas octroyés : Si on n'a pas ce qu’on a demandé, beaucoup d’entreprises vont fermer et seulement les plus grandes survivront, ce que nous ne voulons pas, pour la diversité de notre offre touristique.

« Le retour à la profitabilité de l’industrie touristique ne se fera pas avant l’été prochain »

—  Paul Nursey, président directeur général de Destination Greater Victoria

Selon le directeur de Destination Greater Victoria, l’industrie du tourisme est fortement perturbée par les normes de distanciation physique, qui réduisent fortement la capacité des lieux d’accueil. À Victoria, nous sommes à 20 ou 30 % de nos revenus par rapport aux autres années, c’est une relance très légère, conclut-il.