•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue culturelle

Boulevard du Pacifique, ICI Première.

Les femmes artistes britanno-colombiennes à l'honneur au Musée des Beaux-Arts de Vancouver

Peinture d'Emily Carr.
Emily Carr occupe une place importante dans cette nouvelle exposition.PHOTO : Marie-France Bérard, Vancouver Art Gallery
Boulevard du Pacifique, ICI Première.
Boulevard du PacifiquePublié le 17 janvier 2020

« Emily Carr est une artiste extrêmement importante en Colombie-Britannique, parce qu'elle a transgressé les normes du genre féminin, et aussi parce qu'elle a apporté l'art moderne et une réflexion picturale ici, sur la côte ouest », note Marie-France Bérard, historienne de l'art et guide au Musée de Vancouver. L'exposition Rapture, Rhythm and the Tree of Life: Emily Carr and Her Female Contemporaries se tient au Musée des Beaux-Arts de Vancouver jusqu'au 28 juin 2020.

Emily Carr n'est pas la seule artiste mise à l'honneur pendant cette exposition. En effet, les oeuvres de nombreux artistes autochtones y sont également présentées : Gertrude Dick, Amy Cooper (Th’ewá:li), Mary Little (Nuu-chah-nulth), et Placida Wallace (Líl̓wat Nation) entre autres. Mais l'exposition ne se concentre pas uniquement sur la peinture ; de la sculpture, des dessins et même de la vannerie conçus par les Premières Nations sont également présentés.

« On fait une rencontre avec des objets, c'est une sorte de conversation, de dialogue. Ça nous permet aussi de réfléchir à la colonisation et aux nombreuses injustices qui ont été commises. »

—  Marie-France Bérard, historienne de l'art et guide au musée de Vancouver

Tous les artistes n’ont pas le même regard sur la nature et les peuples autochtones : alors que l’art moderne d’Emily Carr reste pictural, un hommage à la nature, d’autres artistes peuvent eux avoir un regard différent, notamment sur l’industrialisation de la ville de Vancouver à l’époque.
« C’est des petits bijoux d’oeuvres qu’on ne voit pas souvent. C’est l’occasion de découvrir le travail de femmes qui sont souvent mises dans l’ombre à cause des artistes masculins »