•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Des sommes pour rechercher les enfants autochtones disparus

Le logo de Boréale 138
Rattrapage du mardi 18 janvier 2022

Des sommes pour rechercher les enfants autochtones disparus

Des sommes d'argent pour rechercher les enfants autochtones disparus

Une photo en noir et blanc du pensionnat, un bâtiment en forme de croix sur un grand terrain de gazon.
Pensionnat innu de Mani-utenam en 1962PHOTO : Gracieuseté des Archives nationales du Québec à Sept-Îles / fonds Sept- Îles Photo Ltée (P59,S2,D471)
Le logo de Boréale 138
Boréale 138Publié le 18 janvier 2022

Ce sera aux survivants du pensionnat pour Autochtones de Maliotenam de déterminer si des fouilles seront entreprises sur le site. Une équipe d'accompagnateurs ira à la rencontre d'anciens pensionnaires cette année.

Une cueillette d'archives auprès des instances religieuses permettra aussi d'en connaître davantage sur l'histoire de ce pensionnat, qui a accueilli environ 200 enfants autochtones chaque année durant près de 20 ans, entre 1952 et 1971.

Un rapport sera publié d'ici le 30 septembre prochain par le Conseil des Innus de Uashat mak Mani-Utenam, avec différentes recommandations.

Même si les chefs innus de la Côte-Nord s'étaient prononcés cet été pour que des fouilles soient entreprises, la consultation auprès des survivants est une façon selon les organisateurs de permettre une véritable guérison.

« On n'est pas là pour faire des scandales, on est là pour permettre aux gens de mettre en lumière une histoire douloureuse et tourner la page. Avançons maintenant, avec les conséquences et les leviers nécessaires pour favoriser un mieux-être autant individuel que collectif. »

— Une citation de  Jean-Claude Therrien-Pinette, directeur de cabinet de Mike McKenzie chef de Uashat Mak Mani-Utenam

Cette recherche est financée par l'enveloppe de quelque 40 milliards de dollars annoncée en décembre dernier par Ottawa pour indemniser des enfants des Premières Nations retirés de leur foyer.