•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Bilan du 35 ième Salon du livre de la Côte-Nord

Bonjour la côte, ICI Première.
Audio fil du lundi 29 avril 2019

Bilan du 35 ième Salon du livre de la Côte-Nord

Le Salon du livre de la Côte-Nord bien assis sur sa popularité

Un auteur signe un livre pour un enfant.
Les écoles de la région ont visité le Salon du livre de la Côte-Nord.PHOTO : Radio-Canada / Daniel Fontaine
Bonjour la côte, ICI Première.
Bonjour la CôtePublié le 29 avril 2019

De Tadoussac à Blanc-Sablon, le 35e Salon du livre de la Côte-Nord a attiré cette année près de 11 000 Nord-Côtiers. Durant les quatre jours du salon, les participants ont encore fait sauter la banque des éditeurs.

Il y a des auteurs qui ont manqué de livre jeudi!s'étonne la directrice générale du Salon du livre, Mélanie Devost au micro de Bis Petitpas.

Bien qu'une livraison express ait sauvé la mise le lendemain, l'engouement du public nord-côtier pour la lecture ne diminue pas d'année en année.

Selon un sondage, 65 % des adultes repartent du Salon du livre avec cinq livres ou plus, assure Mélanie Devost.

La proximité avec les auteurs et les nombreuses discussions nourrissent l'attrait du public pour les auteurs d'ici, explique-t-elle.

C'est un antidote à la virtualisation des échanges, illustre Mélanie Devost. On fait de belles rencontres. On entend les auteurs parfois se commettre sur certains sujets en table ronde. On les entend penser, réfléchir ensemble. C'est beau de voir ça.

J'ai vraiment l'impression que les gens sont revenus beaucoup de fois. Peut-être une fois pour acheter des livres, mais peut-être deux, trois et quatre fois pour participer aux activités.

Mélanie Devost, la directrice générale du Salon du livre de la Côte-Nord

Radio-Canada

« L'accueil chaleureux des Nord-Côtiers est tellement souligné souvent. »

— Une citation de  Mélanie Devost, directrice générale du Salon du livre de la Côte-Nord

La coordination avec les maisons d'édition pose toujours quelques défis aux organisateurs.

On est l'avant-dernier Salon du livre de la saison, dit-elle. Il reste juste l'Abitibi après nous. [...] Parfois, avec les budgets, ce n'est pas simple. On sait que ça coûte cher, les billets d'avion.