•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bon pied bonne heure ICI Première.
Bon pied bonne heure ICI Première.
Rattrapage du mardi 13 avril 2021

COVID-19 dans Rocher-Percé :  entrevue avec le Dr Mike Langlois

Les Gaspésiens devraient limiter leurs contacts sociaux

Publié le 13 avril 2021
La température de tous les visiteurs est prise dès leur arrivée à l'hôpital de Chandler.
Entrée principale de l'hôpital de Chandler, réaménagée pour la COVID-19.PHOTO : Radio-Canada / Luc-Manuel Soares

Le portrait épidémiologique de la Gaspésie, en zone jaune, change depuis quelques jours. La région enregistrait lundi son plus haut nombre de cas de COVID-19 depuis le 4 janvier, avec huit nouveaux cas. Isabelle Lévesque a discuté avec le coordinateur de la clinique COVID et membre du comité SWAT, Dr Mike Langlois, de Chandler.

Le médecin raconte que la situation explose de manière exponentielle en ce moment. On a un portrait qui s’est dégradé, on voit le bilan qui s’alourdit de jour en jour et on voit avec le variant quand on fait les études épidémiologique que ça prend moins de contact avec la personne infectée pour s’infecter soit même, soutient-il.

« Ce n’est pas parce que les visites sont permises [en zone jaune] que c’est sécuritaire. Avec la présence du variant, il faudrait que les gens limitent les contacts sociaux. »

—  Mike Langlois, médecin et coordinateur de la clinique COVID

Même s’il n’y a pas encore de répercussion à l’hôpital de Chandler, les équipes se préparent. On est en train d’établir les plans s’il y a plus d’hospitalisations, on regarde différents scénarios. La suite des choses va dépendre du variant et du comportement de la population, croit Mike Langlois.

Il raconte que l’épuisement se fait sentir et que l’équipe soignante a hâte de retrouver un mode de vie plus normal. Les gens sont tannés, mais dans un autre sens, il faut garder en tête qu’on est dans une période critique avec la vaccination qui va très bien en Gaspésie qui va être la solution. Faut pas lâcher, insiste le médecin.