•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L’avenir du comité centre-ville de Matane avec la journaliste Alice Proulx

Bon pied bonne heure ICI Première.
Rattrapage du lundi 2 août 2021

L’avenir du comité centre-ville de Matane avec la journaliste Alice Proulx

L’avenir du Comité centre-ville de Matane entre les mains du prochain conseil municipal

Festin de rue au centre-ville de Matane
Il n'y aura pas de Festin de rue au centre-ville de Matane cet été.PHOTO : Radio-Canada / Brigitte Dubé
Bon pied bonne heure ICI Première.
Bon pied, bonne heure!Publié le 2 août 2021

Le Comité centre-ville se retrouve dans une impasse depuis que la Ville de Matane a choisi de ne pas renouveler son financement pour l'année 2022. Le comité, qui s'occupait entre autres de revitaliser le secteur en mettant en place différents événements, sera vraisemblablement démantelé. La décision repose maintenant entre les mains du prochain conseil municipal.

Le maire de Matane avait expliqué, en juin dernier, que la décision du conseil de ne pas reconduire l’enveloppe budgétaire reposait principalement sur deux raisons, soit la volonté d’avoir un comité qui pourrait prendre d’autres mandats et le manque de ressources humaines depuis le départ, en janvier, du chargé de projet Mathieu Trépanier, qui était le seul salarié de l'organisme.

Le Comité centre-ville de Matane a pour mission de faire rayonner le centre-ville et de diversifier l’offre de service en travaillant de concert avec plusieurs partenaires. Il est notamment responsable du marché public et du Festin de rue, des événements qui ont connu un vif succès auprès de la population.

Les commerçants membres de cet organisme déplorent la situation. La propriétaire de la Bijouterie Lepage sur la rue St-Jérôme, Marie-Pierre Brazeau, a déjà siégé au conseil d’administration de ce comité.

L’ancienne administratrice du CA est très triste de la décision de la Ville. C’est quelque chose qu’on sentait qui était déjà dans l’air dans les décisions de la Ville dans les dernières années. Le mandat était renouvelé chaque année au lieu d’être renouvelé aux deux ou aux trois ans, explique-t-elle.

Marie-Pierre Brazeau, propriétaire de la Bijouterie Lepage sur la rue Saint-Jérôme à Matane.

Marie-Pierre Brazeau, propriétaire de la Bijouterie Lepage sur la rue Saint-Jérôme à Matane.

Radio-Canada / Alice Proulx

« Il y a eu beaucoup de gens, beaucoup de bénévoles, beaucoup de gens qui ont eu à cœur de donner du temps, parce que ça a été ça beaucoup. On a donné énormément de temps, donc de voir que ça c’est mis de côté, ça fait un peu mal. »

—  Marie-Pierre Brazeau, propriétaire de la Bijouterie Lepage

Elle souligne que le Comité centre-ville permettait aux commerçants de se soutenir et de sensibiliser la population à l’importance de consommer local.

Le propriétaire de Vélo spécialité sur la rue Saint-Pierre, Guy Bouchard, soutient que l’absence d’un Comité centre-ville serait une perte pour les commerçants, mais aussi pour la population qui assistait aux événements.

Il y avait des beaux trucs l’été, l’espèce de fête qui se passait ici, la rue qui était fermée, des manèges, des dégustations, toutes sortes d’affaires, je trouve que c’était des beaux événements qui avaient de l’impact, donc si ça ne se reproduit pas, on a quand même perdu à ce niveau-là, lance-t-il.

Guy Bouchard, propriétaire du Vélo spécialité au centre-ville de Matane.

Guy Bouchard, propriétaire du Vélo spécialité au centre-ville de Matane.

Radio-Canada / Alice Proulx

De son côté, la présidente de la boulangerie Toujours Dimanche, Marie Fortin, espère que s’il est voué à disparaître, le Comité centre-ville sera au moins récupéré par la Ville pour assurer un dynamisme local.

Dans les dernières années, ça a été vraiment positif parce qu’il y a eu beaucoup d’actions qui ont été prises, le centre-ville s’est quand même beaucoup développé grâce à ça. Il faut absolument que la mission soit reprise par la Ville si ce n’est plus un organisme indépendant qui s’en occupe, il y a encore beaucoup d’objectifs à atteindre pour le développement du centre-ville, estime Mme Fortin.

La propriétaire devant ses produits

Marie Fortin, copropriétaire de la Boulangerie Toujours Dimanche

Radio-Canada / Jean-François Deschênes

« Il manque de boutiques, il manque de vie un petit peu. Des fois, on voit que les touristes sont déçus, les gens cherchent les boutiques, ils demandent s’il y a de l’artisanat, des souvenirs, ils cherchent les magasins, mais il n’y en a vraiment pas beaucoup. »

—  Marie Fortin, coropriétaire de la boulangerie Toujours Dimanche

Les candidats à la mairie de Matane réfléchissent à l’avenir du comité

La candidate à la mairie Annie Veillette précise qu’un comité consultatif à la Ville de Matane pourrait être mis en place. Elle souhaite retravailler la formule afin que la Ville prenne en charge le développement du centre-ville.

On s’est dit qu’il y avait peut-être un peu plus de chance qu’en revenant à l’interne, que la Ville prenne en charge le développement du centre-ville au lieu de le déléguer, peut-être qu’on arriverait à mieux mettre en commun des services ou des fonds peut-être même. Mais ça dépendra du prochain conseil. Je pense que ça pourrait s’accompagner d’augmenter nos ressources humaines à l’interne en termes d’urbanisme et en termes d’animation aussi, explique Annie Veillette.

La conseillère Annie Veillette à son poste à la table du conseil municipal de Matane

Nouvelle conseillère élue au poste no 4, Annie Veillette devient le plus jeune conseillère élue de l'histoire de Matane en plus d'être la seule femme autour de la table du conseil.

Radio-Canada

Eddy Métivier, lui aussi candidat au poste de maire, mentionne que s’il est élu, il souhaite que la décision de conserver ou non le Comité centre-ville soit prise en conseil avec les intervenants impliqués. Le candidat indique qu’il aimerait que les activités qui étaient mises en place par le Comité centre-ville soient poursuivies.

En s'asseyant avec les intervenants, on va trouver une solution gagnante pour la population. Est-ce que ça va passer par la Chambre de commerce? Est-ce que ça va passer par un Comité centre-ville, par le département des loisirs de la Ville? Je n’ai pas de réponse pour le moment, pour moi l’important ce n’est pas la méthode, c’est le résultat, affirme M. Métivier.

L'ingénieur de formation discute devant la rivière Matane.

Eddy Métivier est la seconde personne à annoncer sa candidature à la mairie de Matane pour les prochaines élections municipales.

Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Un centre-ville qui a besoin d’amour

Selon la présidente de la Chambre de commerce de Matane, Lucie Dumas, il y a place à l’amélioration au centre-ville. Parmi les 800 commerces de la Municipalité régionale de comté de La Matanie, certains se portent bien, d’autres moins bien.

« Il a besoin un peu d’amour notre centre-ville. »

—  Lucie Dumas, Chambre de commerce de Matane

Il y a certains édifices qui sont fermés dans lesquels il n’y a pas de commerces et puis ça serait le fun d’avoir un peu plus d’achalandage dans le centre-ville. Il y a longtemps, le centre-ville c’était Saint-Pierre, Saint-Jérôme jusqu’aux chutes, jusqu’à l'hôtel de ville. Il y a des bouts de ces secteurs-là qui sont désertés présentement d’un point de vue commercial, ça serait bien de revitaliser ça, rappelle-t-elle.

Le financement du Comité centre-ville pour l’année 2021 est accordé. D’ici là, quelques activités pourraient voir le jour.