•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Contrôler avec son cerveau : Entrevue avec Yannick Roy, doctorant en neuroscience

Bienvenue en 2067, ICI Première.
Audio fil du 5 août - Le sport et le divertissement

Contrôler avec son cerveau : Entrevue avec Yannick Roy, doctorant en neuroscience

Une réflexion sur cinq décennies de développement technologique

L'illustration présente un homme avec des lunettes de réalité augmentée qui communique par la pensée avec son téléphone cellulaire.
En 2067, le contrôle du cellulaire par la pensée est en développement. PHOTO : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier
Bienvenue en 2067, ICI Première.
Bienvenue en 2067Publié le 5 août 2017

Les 50 dernières années ont été marquées par une remise en question de la relation de l'humain avec les « nouvelles » technologies, remarque Yannick Roy, doctorant en neurosciences. Par exemple, la réalité virtuelle, qu'on annonçait comme une révolution en 2017, a finalement perdu de son intérêt, car elle confinait les gens dans un univers trop immersif.

« On pensait qu’on pourrait passer nos journées dans les réalités virtuelles, rappelle Yannick Roy. Quelques années plus tard, on s’est rendu compte qu’il fallait sortir de son sous-sol pour faire du "vrai" sport. » C’est pourquoi la réalité augmentée – la superposition d’informations et d’écrans sur le monde qui nous entoure – a pris le dessus, même si les Google Glass et autres précurseurs avaient connu des débuts cahoteux.

« Il ne faut pas regarder les développements technologiques eux-mêmes, mais les motivations intrinsèques [qui sont à leur origine]. […] De 2017 à 2067, on s’est surtout demandé ce qu’on voulait de la technologie, ce qu’était notre relation avec elle. »

—  Yannick Roy

Communiquer par la pensée
Pour sa part, le téléphone cellulaire intelligent a survécu jusqu’en 2067 parce que le besoin de communiquer est demeuré. Toutefois, la motivation de se débarrasser de l’appareil physique fait en sorte que les nouveaux prototypes s’affichent directement dans des lentilles cornéennes ou des lunettes de réalité augmentée et qu’on peut composer un message texte ou un tweet par la pensée grâce à des puces installées dans le cerveau.