•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les manchettes du futur avec Frédéric Bouchard

Bienvenue en 2067, ICI Première.
Audio fil du 15 juillet - Le climat et l'environnement

Les manchettes du futur avec Frédéric Bouchard

La géo-ingénierie, une solution déficiente aux changements climatiques

Cette illustration montre un soleil dont les rayons sont reflétés par une couche externe de l'atmosphère de la Terre.
La bio-ingénierie est l'ensemble des technologies qui visent à manipuler le climat et l'environnement.PHOTO : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier
Bienvenue en 2067, ICI Première.
Bienvenue en 2067Publié le 15 juillet 2017

« Le réchauffement climatique est causé par l'humain, et sa solution sera elle aussi humaine », déclare le philosophe des sciences Frédéric Bouchard. Selon lui, l'émergence, en 2067, de technologies permettant de manipuler le climat et l'environnement ne fait que « pelleter le problème en avant » en plus de causer des déséquilibres géopolitiques majeurs.

Ces technologies, rassemblées dans le grand domaine de la géo-ingénierie, sont bien représentées dans les deux manchettes qui retiennent son attention cette semaine.

L’Inde décide de doper des nuages avec du soufre liquide
Des avions vont déverser cette substance dans la haute atmosphère, créant une nouvelle barrière aux rayons solaires. La température terrestre augmente plus lentement, ce qui est positif, mais les effets secondaires sont désastreux. Deux exemples parmi tant d’autres : la luminosité est plus faible et nuit à la biodiversité végétale, et les pluies acides sont plus abondantes. En plus, cette approche n’améliore en rien la santé des humains; ceux-ci continuent de respirer l’air pollué par les industries.

« Il faut réduire la production de gaz polluants, pas juste amenuiser leurs effets climatiques avec un parasol chimique. »

— Une citation de  Frédéric Bouchard

La Russie riposte en relâchant une dose massive de gaz à effet de serre
« Des pays tirent avantage des changements climatiques », explique Frédéric Bouchard en donnant l’exemple de la Russie, qui bénéficie économiquement du fait que les ports en Sibérie sont ouverts pendant toute l’année. Le plus grand pays du monde veut donc « contrecarrer les efforts indiens en géo-ingénierie » en polluant volontairement l’atmosphère terrestre. « Politiquement, c’est un casse-tête infernal », résume le philosophe.

Dans un plaidoyer destiné à ses ancêtres de 2017, le chroniqueur demande donc « d’arrêter de se compter des histoires sur les miracles de la technologie » parce que, même si on réussit à déployer de nouveaux outils pour manipuler le climat, on risque de créer plus de problèmes qu’on en résout. « Ça prend une solution humaine; un changement des comportements et de l’économie. »