•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bienvenue en 2067, ICI Première.
Bienvenue en 2067, ICI Première.
Bienvenue en 2067

Audiofil du samedi 1 juillet - L'éducation

Résumé

Ouverture de l'émission avec Jean-René Dufort et toute l’équipe; L’éducation du futur: Entrevue avec Normand Baillargeon, philosophe de l'éducation; Les manchettes du futur avec Frédéric Bouchard; Les métiers oubliés: Fiction 67 avec Olivier Morin et Guillaume Tremblay; Bâtir l'école du futur: Barbara-Judith Caron rencontre le designer Nicola Tardif-Bourdages; La guerre des jobs: Fiction 67 avec Olivier Morin et Guillaume Tremblay; L'intelligence artificielle: Entrevue avec Yoshua Bengio, professeur à l’Université de Montréal et directeur de l’Institut de Montréal des algorithmes d’apprentissage; La valeur humaine ajoutée: Chronique de Marianne Desautels-Marissal.

  • 17 heures 6 minutes

    Ouverture de l'émission avec Jean-René Dufort et toute l'équipe

  • 17 heures 9 minutes

    L'éducation du futur : Entrevue avec Normand Baillargeon, philosophe

    En 2067, les enseignants n'ont pas disparu car si l'accès aux informations n'a jamais été aussi facile, le contact humain reste prépondérant.

    Le savoir, une valeur à défendre et à chérir, peu importe l’époque

    « L'éducation n'est pas une adaptation fonctionnelle de l'économie », clame le philosophe et essayiste Normand Baillargeon, qui estime que le savoir est une fin en soi, et non une façon de placer des personnes sur le marché du travail. Il se réjouit de voir que cette valeur qu'il défendait en 2017 est encore bien en vie en 2067.
  • 17 heures 16 minutes

    Archive : Contrechamp 26 janvier 1983

  • 17 heures 17 minutes

    Les manchettes du futur avec Frédéric Bouchard

    Quelles tendances font les manchettes en 2067?

    Les manchettes de 2067 : la technologie est aussi bénéfique que l’usage qu’on en fait

    « L'intelligence artificielle, en soi, n'est pas bonne ou mauvaise, affirme le philosophe des sciences Frédéric Bouchard. L'important, c'est comment on l'utilise, comment on l'intègre à nos vies, comment on essaie d'augmenter l'épanouissement de l'humain face à ces transformations-là. » Selon lui, l'actualité de 2067 prouve cette affirmation.
  • 17 heures 25 minutes

    Les métiers oubliés : Fiction 67 avec Olivier Morin et Guillaume Tremblay

  • 17 heures 29 minutes

    Bâtir l'école du futur : Barbara-Judith Caron rencontre Nicola Tardif-Bourdages

  • 17 heures 38 minutes

    La guerre des jobs : Fiction 67 avec Olivier Morin et Guillaume Tremblay

  • 17 heures 39 minutes

    L'intelligence artificielle : Entrevue avec Yoshua Bengio, professeur

    Les robots ont en 2067 une intelligence artificielle encore plus poussée, mais la créativité et les relations entre les humains n'ont pas été automatisées.

    Les robots au service de l’humanité, pas à son détriment

    Les ordinateurs dotés d'intelligence artificielle sont partout en 2067... ou presque. Le professeur au Département d'informatique et de recherche opérationnelle à l'Université de Montréal Yoshua Bengio explique que l'humain est encore requis pour faire des choses aussi variées que s'occuper de personnes âgées, faire de la recherche scientifique et jouer de la musique devant public.
  • 17 heures 50 minutes

    Archive :  Impact 25 février 1984

  • 17 heures 51 minutes

    La valeur humaine ajoutée : Chronique de Marianne Desautels-Marissal