•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La situation au Liban : Témoignage de Reina Sarkis

Bien entendu, ICI Première.
Rattrapage du 5 janvier 2021 : Droit à la déconnexion, Liban et alimentation

La situation au Liban : Témoignage de Reina Sarkis

L’implacable détresse psychologique des Libanais

Un homme et une femme assis sur un banc public de la Corniche de Beyrouth tiennent des komboloïs.
Un homme et une femme prennent une pause sur la Corniche de Beyrouth.PHOTO : afp via getty images / JOSEPH EID
Bien entendu, ICI Première.
Bien entenduPublié le 5 janvier 2021

« C'est vraiment révoltant. » Reina Sarkis, psychanalyste, en a contre les hommages à la « résilience des Libanais » de la communauté internationale alors que la capitale du pays, Beyrouth, est toujours dévastée par l'explosion du 4 août 2020 et que le gouvernement du pays n'apporte ni aide ni effort de reconstruction. Au micro de Stéphan Bureau, Mme Sarkis parle de l'importance d'agir plus tôt lorsque des dirigeants manquent à leur devoir.

« Aujourd’hui, les Libanais vivant au Liban sont vivants de ne pas être morts. Ce n’est pas ça, la résilience. Ils sont vivants par hasard. »

—  Reina Sarkis

Par terre

« Beyrouth est par terre, donc les gens aussi sont par terre », dit Mme Sarkis, qui vivait dans l’épicentre de l’explosion « Des centaines de milliers de familles qui n’ont pas encore pu rentrer chez elles […]. C comme si l’explosion avait eu lieu il n’y a même pas une semaine. C’est vraiment un truc apocalyptique. C’est notre Hiroshima à nous; on a été "hiroshimés" et rien n’a été fait. Le gouvernement libanais a été complètement absent alors qu’[ils] étaient tous au courant. »