•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, ICI Première.

Petits conseils de pros pour conter une bonne menterie

Publié le 20 août 2020
Les deux hommes posent sur des cartes style baseball.
Les analystes de la Ligue mondiale de la menterie, Léopaul Carter et Andrémarc WalkerPHOTO : Page Facebook Ligue mondiale de la menterie

« Pour être un bon menteur, il faut faire croire à son histoire d'emblée et y croire soi-même. » La menterie a inspiré des conteurs d'ici à créer le premier concours virtuel de menteries au monde, chapeauté par la Ligue mondiale de la menterie, et qui reprend les codes du baseball. Les participants et les participantes s'affrontent sur le web dans des séries éliminatoires. Stéphan Bureau discute de ce qui fait une bonne menterie avec les analystes Marc-André Fortin, alias Andrémarc Walker, et Paul Bradley, alias Léopaul Carter.

Les deux invités expliquent que la différence entre une menterie et un mensonge réside dans la position du public. Quand on conte une menterie, le public sait qu’on ne lui dit pas la vérité, contrairement au mensonge, où il ignore qu’on lui ment.

La finale du premier concours virtuel de menteries au monde se tiendra le 6 septembre prochain à la microbrasserie Canton Brasse, à Orford, et sera diffusée le 13 septembre sur la page Facebook (Nouvelle fenêtre) de la Ligue mondiale de la menterie.