•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, ICI Première.
Bien entendu, ICI Première.
Rattrapage du 7 août 2020 : Sous-marins, combat de chansons et plateau culturel

La vie à bord d’un sous-marin : Entrevue avec Hugues Eudeline

La vie à bord d’un sous-marin nucléaire d’attaque

Publié le 7 août 2020
Un sous-marin émerge de l'eau avec des hommes sur le pont.
Le sous-marin nucléaire d'attaque français CasabiancaPHOTO : Getty Images / AFP

Hugues Eudeline est l'ancien commandant de deux sous-marins nucléaires d'attaque de l'armée française. Il raconte à Stéphan Bureau à quoi ressemblent le quotidien et le travail à bord durant les missions, qui durent généralement de 10 à 12 semaines et au cours desquelles les membres d'équipage ne voient pas la lumière du jour.

Invité :

Hugues Eudeline, vice-président de l’Institut géopolitique et culturel Jacques Cartier, à Poitiers; officier de marine breveté de l’École supérieure de guerre navale, en France, et du Naval War College, aux États-Unis; ancien commandant de deux sous-marins nucléaires d’attaque; docteur en histoire militaire; et auteur de nombreuses publications, dont Le dossier noir du terrorisme (Éditions L'Esprit du Temps)

Si les sous-marins sont capables de rester en mer durant plusieurs mois, Hugues Eudeline explique cependant que les missions ne durent pas plus de 10 à 12 semaines pour des raisons humaines.

« La résistance humaine fait qu’il est bon de ne pas trop tirer sur les hommes », souligne-t-il. Le commandant raconte d’ailleurs qu’il lui est déjà arrivé de devoir gérer des conflits entre les membres d’équipage durant des missions.

Hugues Eudeline mentionne aussi que l’éclairage à bord simule le jour et la nuit et que l’organisation des quarts de travail permet de garder un rythme de vie similaire à celui sur la terre ferme.

Enfin, l’officier de marine raconte que les profondeurs de l’océan sont loin d’être un endroit calme. Entre les mammifères marins et l’important trafic maritime, « c’est très bruyant », affirme Hugues Eudeline.