•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, ICI Première.
Bien entendu, ICI Première.
Rattrapage du 14 juill. 2020 : Policiers noirs, alimentation et préposés aux bénéficiaires

Métier de préposés aux bénéficiaires : Anne-Marie Leclerc et Christian Paquette

Préposés aux bénéficiaires : conversation avec un retraité et une recrue

Publié le 14 juillet 2020
Les deux femmes sont assises l'une en face de l'autre.
Une préposée aux bénéficiaires discute avec une résidente dans un CHSLD.PHOTO : Radio-Canada

« Ce n'est pas juste un métier de bras. [...] Il y a un travail de cœur, aussi. » Selon Christian Paquette, qui a passé 37 ans dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), un bon préposé aux bénéficiaires fait preuve de respect, d'empathie et de compassion. Anne-Marie Leclerc, 41 ans, s'est inscrite comme étudiante en formation accélérée après avoir été aidante naturelle pour sa mère, et après avoir entendu l'appel de François Legault. Ils expliquent à Stéphan Bureau comment le fait de s'investir auprès des personnes âgées fait une différence à leur avis.

M. Paquette croit que les personnes qui suivent la formation accélérée devront non seulement apprendre le savoir-faire, mais aussi le savoir-être.

« C’est vraiment un nouveau défi; c’est une restructuration de carrière. J’ai toujours eu le désir d’être infirmière, mais je n’avais pas les notes. J’ai décidé d’aller aider autrement, en administration. […] Quand tout ça est arrivé, je n’avais pas les moyens de retourner à école, mais quand le premier ministre a proposé [la formation accélérée], on dirait qu’il m’appelait. C’est à moi qu’il s’adressait, cette journée-là. »

—  Anne-Marie Leclerc