•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, ICI Première.
Bien entendu, ICI Première.
Rattrapage du 30 juin 2020 : Prince Andrew, alimentation et Tanguy de la pandémie

Entrevue avec Fady Dagher, chef de la police de Longueuil

Les solutions du seul chef de police québécois issu de l’immigration

Publié le 30 juin 2020
Fady Dagher lors de son plus récent passage à l'émission Tout le monde en parle.
Le directeur du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL), Fady DagherPHOTO : Avanti Groupe / Karine Dufour

« Ça prend une restructuration, une réforme, un changement de culture », croit Fady Dagher, le directeur du Service de police de l'agglomération de Longueuil. Selon lui, les policiers doivent développer une culture de proximité avec la population, et ce changement est bel et bien en marche. La population, en retour, doit mieux saisir le métier de policier. Il explique à Stéphan Bureau qu'il ne croit pas au désarmement de la police.

M. Dagher croit qu’il est dangereux et blessant d’associer l’ensemble des forces de l’ordre à la violence policière et au profilage racial.

« Ce sont deux solitudes qui se créent. Il y a une culture d’un côté et une autre culture de l’autre, et personne ne se parle. Tout le monde a peur, tout le monde s’observe, et le seul moment où les personnes se parlent, c’est à la suite d’un appel d’intervention en urgence. Ce n’est peut-être pas le bon moment de créer des ponts ou d’essayer d’aider au dialogue. »

—  Fady Dagher

Il estime nécessaire de créer des moments et des endroits pour faciliter les échanges entre la police et la population, comme des stages d’immersion, par exemple.