•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, ICI Première.

Le bal des finissants, un rite de passage important

Publié le 10 juin 2020
Des jeunes dans un bal de finissants.
Pour les jeunes, le bal de finissants est une belle façon de célébrer la fin de son secondaire et surtout, de dire au revoir à ses amis.PHOTO : getty images/istockphoto / Deagreez

Alors que les finissants du secondaire ont connu la fin abrupte de leurs études à l'intérieur de leur école en raison de la pandémie, ils ont également dû faire le deuil de leur bal des finissants cette année. « Ce qui a été le plus dur, c'est d'être privé de toutes les expériences de fin de secondaire », témoigne Jonathan Boivin, finissant de cinquième secondaire. Au micro de Bien entendu, il témoigne, en compagnie de l'écrivaine India Desjardins et de la sociologue Diane Pacom, de l'importance du bal des finissants comme rite de passage.

« C’est un rite de passage. Traditionnellement, dans la société, il y avait des rites de passage qui accompagnaient le passage des jeunes et des moins jeunes d’une époque de leur vie à une autre. Tout ça a disparu, donc il y a une surdétermination de la fin du secondaire. »

—  Diane Pacom, sociologue spécialisée dans la jeunesse

« Même si ce n’était pas un moment que j’attendais avec impatience, c’est quelque chose qui aurait pu clore mon secondaire d’une belle manière et être un beau moment avec mes amis », raconte Jonathan, qui a lancé avec des camarades de classe une pétition demandant au gouvernement une dernière journée d’école pour les finissants.

Sa démarche a porté ses fruits, puisque le gouvernement a autorisé la tenue de cette journée d’adieu toute spéciale pour les finissants. « On a beaucoup de gratitude envers les gens de la santé publique et du gouvernement de nous avoir permis ça », dit-il.

India Desjardins, qui a beaucoup écrit sur le sujet dans sa série littéraire Aurélie Laflamme, comprend très bien la déception des jeunes de ne pas pouvoir vivre leur bal des finissants. « Il existe plein de rituels qui s’adressent à une certaine élite, comme les galas ou les Oscar, tandis que le bal, ça s’adresse à tout le monde. Cinq ans de secondaire, c’est une grosse étape de vie, et c’est le fun de pouvoir la célébrer. [...] On peut vivre le bal à notre façon. C’est le fun d’offrir aux jeunes ce rituel accessible à tout le monde », dit l’autrice.

« Ce que je veux dire aux jeunes, c'est que cet événement-là, même s'il est vécu en pandémie, ça va rester marquant, peut-être même plus que le bal que nous, on a eu, qui était plus ordinaire! »

—  India Desjardins, autrice