•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, ICI Première.
Bien entendu, ICI Première.
Rattrapage du 13 avr. 2020 : Les industries du tourisme et de l'aviation civile

L'évolution du tourisme, entrevue avec André Desmarais et Paul Arsenault

Comment l’industrie du tourisme se relèvera-t-elle de la crise?

Publié le 14 avril 2020
Photo d'un avion sur le tarmac d'un aéroport et d'un autre qui décolle.
Des avions dans un aéroport PHOTO : iStock

L'industrie mondiale du tourisme est en berne, alors qu'elle représente 1 emploi sur 11 dans le monde. « C'est surtout le fait que c'est une industrie, la seule depuis la Deuxième Guerre mondiale qui est en croissance année après année sans aucun recul », souligne Paul Arsenault, professeur à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal, titulaire de la Chaire de tourisme Transat de l'UQAM et directeur du Réseau de veille en tourisme. « Pour la première fois, on a perdu tout ce qu'on a gagné en 10 ans. » Stéphan Bureau discute des conséquences à moyen et à long terme de cet arrêt avec Paul Arsenault et André Desmarais, propriétaire de l'agence Aéroport Voyage et président de la section Québec de l'Association canadienne des agences de voyages (ACTA).

Toute l’industrie du voyage a été prise au dépourvu. « Tout le monde est touché, directement ou indirectement. Pour les agences de voyages, c’est encore une inconnue », explique André Desmarais, qui est bien conscient que la saison estivale, en ce qui concerne les voyages en Europe, n’aura pas lieu. Il croit cependant que l’industrie reprendra du mieux dès que les voyages d’affaires recommenceront, mais les touristes seront « un peu plus nerveux ».

Après la crise de la COVID-19, Paul Arsenault croit que les gens vont changer, culturellement, et peut-être favoriser les voyages locaux. Pour André Desmarais, l’industrie devra ramener la clientèle en offrant des promotions. « La volonté de partir en voyage sera toujours là », soutient Paul Arseneault.