•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Stéphan Bureau et la comédienne Sarah-Jeanne Labrosse

Bien entendu, ICI Première.

Sarah-Jeanne Labrosse : quand la bonne attitude mène au succès

Sarah-Jeanne Labrosse au micro de Catherine Perrin.
Sarah-Jeanne LabrossePHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande
Bien entendu, ICI Première.
Bien entenduPublié le 7 mars 2020

« J'ai la chance d'avoir un mental pas mal le fun à avoir. L'année passée, j'ai ressenti beaucoup de fatigue physique, mais mentalement, la bonne humeur est restée, et ça a beaucoup aidé. » Au micro de Stéphan Bureau, Sarah-Jeanne Labrosse exprime sa gratitude pour sa carrière très effervescente, bien qu'exigeante. Celle que l'on a pu voir dans Le chalet, Les pays d'en haut, Soirée Mammouth et Révolution affirme que c'est son attitude positive et travaillante qui l'a aidée à performer aux bons moments.

Sarah-Jeanne Labrosse, qui a bâti sa discipline en pratiquant du tennis de haut niveau, se donne un devoir d’exemplarité dans chacun de ses mandats. « Je veux faire honneur à ce qui m’est offert comme travail », dit-elle, consciente de la chance qu’elle a de multiplier les projets qui la passionnent. La comédienne de 28 ans ne cache pas son ambition, et doit ses idées de grandeur à ses parents, qui l’ont toujours encouragée à rêver grand.

« Faire honneur » aux jeunes

Avec plus de 380 000 abonnés sur Instagram, Sarah-Jeanne Labrosse est l’une des personnalités québécoises les plus influentes auprès des jeunes. Si elle ne se juge pas responsable de l’influence qu’elle peut exercer sur eux, la comédienne se donne le mot d’ordre d’honorer les jeunes dans ses projets. Très proche de la réalité de ses admirateurs, elle constate que beaucoup d’adolescents sont aujourd’hui écoanxieux, en raison du mouvement écologique actuel. « La seule façon d’apaiser cette anxiété chez les jeunes, c’est en agissant. Comme société, il faut savoir qu’on en demande beaucoup aux ados. Il ne faut pas se déresponsabiliser en misant uniquement sur eux. Il faut, nous aussi, agir », conclut-elle.