•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les célébrants de mariages : Discussion

Bien entendu, ICI Première.
Audio fil du vendredi 2 août 2019

Les célébrants de mariages : Discussion

Célébrer des mariages, une vocation

Serge Letarte, Michel Boulanger et Hélène Grégoire sourient au micro de Stéphan Bureau.
Serge Letarte, Michel Boulanger et Hélène Grégoire expliquent leur motivation à être célébrant de mariage.PHOTO : Radio-Canada / Pascal Michaud
Bien entendu, ICI Première.
Bien entenduPublié le 2 août 2019

Au moment où la saison des mariages bat son plein, Stéphan Bureau s'intéresse à celles et ceux qui ont fait de la célébration de mariage une vocation, voire un métier. C'est le cas de Michel Boulanger, directeur de Mariages à bras ouverts; de Serge Letarte, capitaine de bateau; et de la comédienne Hélène Grégoire.

Même si 67 % des couples mariés depuis 1990 auront divorcé en 2030, cela n’entame pas l’enthousiasme de Michel Boulanger, de Serge Letarte et d'Hélène Grégoire à unir, pour le meilleur et pour le pire, celles et ceux qui en font la demande.

« On essaie de donner de l’intensité à la cérémonie, d’amener le couple à s’abandonner de façon significative et profonde. Une belle cérémonie, ça va garder le mariage vivant. Les invités vont en parler longtemps. C’est pour ça qu’il faut créer un moment unique avec le couple. »

— Une citation de  Michel Boulanger, directeur de Mariages à bras ouverts

Dans certains cas, une célébrante ou un célébrant peut être appelé à marier un couple dont un des membres est condamné par la maladie. C’est d’ailleurs arrivé à Serge Letarte, qui a célébré un mariage à l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

« C’est tout à fait une autre ambiance. Dans mon cas, c’était mon premier mariage gai. Et le couple habitait ensemble depuis 30 ans. Il y avait une demi-douzaine d’invités, en plus des infirmières. C’était spécial. Mais c’était beau, c’était humain », raconte-t-il.