•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

En route vers Tokyo avec Marie-Paul Rouleau : Le kimono

Bien entendu, ICI Première.

La beauté indémodable du kimono, vêtement d’exception

La femme sourit en posant devant un temple.
Une jeune femme en kimono, à Tokyo.PHOTO : Marie-Paul Rouleau
Bien entendu, ICI Première.
Bien entenduPublié le 1 juillet 2021

C'est l'un des vêtements les plus facile à reconnaître. Selon Marie-Paul Rouleau, rares sont les gens qui mettent encore des kimonos chaque jour au Japon. Un somptueux kimono fait de soie peut facilement coûter 10 000 $, mais on en trouve de plus simples pour aussi peu que 50 $. Il y a plusieurs règles à suivre pour l'enfiler convenablement. Mais l'effet généré par ceux et celles qui le portent est durable.

« On le revêt pour les rites de passage qui marquent encore la vie japonaise, notamment la cérémonie de la majorité, qui s’atteint à l’âge de 20 ans », dit la chroniqueuse, qui porte aujourd’hui un yukata, un kimono plus léger pour les jours d’été.

Elle explique que des écoles de kimono - il y en a Montréal - enseignent comment enfiler le vêtement de façon appropriée.

Deux femmes habillées en costume traditionnel sont montrées de dos.

Deux Japonaises près d'un temple à Tokyo.

Marie-Paul Rouleau