•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Sondage et société avec Jean-Marc Léger : L'anxiété chez les Québécois

Bien entendu, ICI Première.
Audio fil du vendredi 2 août 2019

Sondage et société avec Jean-Marc Léger : L'anxiété chez les Québécois

L'argent et le cancer, principales sources de stress pour les Québécois

Une femme constate que son portefeuille est vide.
Une femme regarde son portefeuille vide. La peur de manquer d'argent est la principale source de stress des Québécoises et Québécois.PHOTO : iStock
Bien entendu, ICI Première.
Bien entenduPublié le 2 août 2019

Un sondage mené par la firme de sondage Léger pour Bien entendu révèle qu'au Québec, près d'une personne sur deux se dit anxieuse. Les trois sources d'angoisse les plus importantes sont, dans l'ordre : la peur de manquer d'argent, la peur de développer un cancer et la peur de se faire voler son identité. L'angoisse liée à l'urgence climatique arrive en quatrième position. Jean-Marc Léger, président de la firme de sondage Léger, analyse les résultats de ce sondage.

D’entrée de jeu, Jean-Marc Léger souligne que les Québécoises et Québécois sont plus stressés qu’il y a une trentaine d’années, si l'on se fie à un sondage mené par la firme Léger en 1990, où 38 % des répondants s’étaient dits anxieux.

Aujourd’hui, ce pourcentage atteint 47 %. « C’est une tendance qui est à la hausse de façon importante », note Jean-Marc Léger.

À la question « Avez-vous peur... ? », les Québécoises et Québécois ont répondu oui à de nombreuses reprises. Voici le détail de leurs réponses positives :

  • de manquer d’argent : 60 %
  • d'avoir le cancer : 56 %
  • de vous faire voler votre identité : 50 %
  • des changements climatiques : 48 %
  • de perdre vos enfants : 45 %
  • de mourir : 38 %
  • d’une catastrophe naturelle : 35 %
  • de vous retrouver seul : 30 %
  • de vous faire agresser : 27 %
  • d’une attaque terroriste : 27 %
  • d’une guerre nucléaire : 24 %
  • de prendre l’avion : 21 %
  • de perdre votre emploi : 21 %

Ce sondage, mené du 12 au 15 juillet dernier, a été effectué auprès de 1007 Québécoises et Québécois. Jean-Marc Léger tient à souligner que le sondage repose sur l’auto-évaluation des répondants, et non sur un diagnostic médical.