•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, la grande entrevue, ICI Première.

Vincent Vallières, entre maturité et passion de jeunesse

Publié le 6 mai 2021
Vincent Vallières, guitare à la main
Vincent Vallières présente son huitième album, « Toute beauté n'est pas perdue ».PHOTO : Radio-Canada / Anik Moulin

Le huitième album de Vincent Vallières, Toute beauté n'est pas perdue, est, comme le note Stéphan Bureau, un album de quarantaines dans tous les sens du terme pour l'auteur-compositeur-interprète. Pourtant, ce n'est pas au sens de la pandémie et de l'isolement que le musicien appréhendait la quarantaine, mais bien en ce qui concerne son âge. « En fait, je redoutais l'idée de peut-être ne pas être capable de m'améliorer en cheminant, de stagner comme auteur et comme compositeur », souligne-t-il. Vincent Vallières constate plutôt que c'est le contraire qui s'est produit.

« Ce n’est pas gagné, mais je sens qu’il y a une brèche avec mon dernier projet qui s’est ouverte et qui me donne espoir que la prochaine décennie peut être faste, peut être bonne pour moi et même meilleure que ce que j’ai connu avant. »

—  Vincent Vallières

La création de ce dernier disque a plongé l’artiste de 42 ans dans la même passion qui l’animait lorsqu’il a commencé à gratter la guitare quand il était adolescent,[une façon] d’aimer la musique, […] de l’aimer profondément comme si [sa] vie en dépendait.
Il aborde aussi avec Stéphan Bureau un autre aspect de sa jeunesse : ses débuts avec son groupe, Trente Arpents… et la dissolution douloureuse de la formation.

Humilité et amende honorable

Vincent Vallières est présent dans les oreilles des Québécois depuis un peu plus de 20 ans, et il explique l’équilibre délicat entre le cœur et la raison qu’il doit maintenir lorsqu’il écrit ou qu’il compose des pièces.

Il a vécu des périodes plus sombres, plus creuses et pleines de remises en question. S’il a pu les traverser, c’est grâce à son entourage et une bonne dose d’humilité, car même s’il fait carrière comme artiste solo, Vincent Vallières ne fait pas cavalier seul pour autant.

« J’ai eu cette chance-là d’avoir des gens pour me rasseoir, des gens qui m’ont aimé assez pour me dire ce qu’ils pensaient. »

—  Vincent Vallières

L’artiste ne se voit pas arrêter de faire de la musique de sitôt. Il souligne aussi pourquoi il est maintenant en paix avec un inévitable ressac ou une « grande, grande claque » professionnelle qui pourrait survenir.