•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Bien entendu, la grande entrevue, ICI Première.

« Quand quelque chose ne marche pas, je m’indigne » - Le Dr Jean-François Chicoine

Publié le 3 avril 2021
Dr Jean-François Chicoine
Le Dr Jean-François Chicoine, pédiatre au CHU Sainte-Justine et professeur agrégé au département de pédiatrie de l’Université de Montréal PHOTO : Radio-Canada / Martin Ouellet

Le pédiatre au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine Jean-François Chicoine proclame que sa vie n'est que du bonheur depuis plus de 60 ans. Face à l'adversité, il admet qu'il s'indigne facilement. Le médecin parle de cette capacité comme d'une responsabilité scientifique. « Ma dignité, c'est de pouvoir rendre le plus d'enfants et de parents heureux possible », fait valoir le Dr Chicoine.

Jean-François Chicoine raconte qu'il est le fils unique, mais surtout l’enfant désiré d’une mère travailleuse sociale et d’un père lui-même pédiatre, le Dr Luc Chicoine. Il mentionne qu'il a été béni par le Dr Benjamin Spock, illustre pédiatre américain : C’est comme si j’avais suivi la ligne qui avait été tracée.

La vie après la mort

Au cours de l’entrevue, Jean-François Chicoine parle également de son projet de court métrage, intitulé Mourir en vie, inspiré de l'histoire de son père (interprété par Marcel Sabourin). L’acteur Benoît Brière joue le rôle du fils.

Jean-François Chicoine admet d’ailleurs qu’il n’était pas du tout prêt pour la mort de ses parents. Il explique pourquoi il a pris la décision de ne pas faire embaumer leurs corps le moment venu.

« J’ai beaucoup lu sur la physique quantique pour avoir une réponse à la vie et à la mort. »

—  Le Dr Jean-François Chicoine, pédiatre

Les dommages collatéraux de la pandémie

Questionné au sujet des conséquences de la COVID-19 sur les enfants, Jean-François Chicoine dit qu'il garde espoir pour la « génération perdue ». Il croit que la vie aura le dessus sur l’adversité.

Je souhaite que la pandémie puisse avoir ouvert les yeux des gens qui pensaient vivre une vie ordinaire, alors que l’extraordinaire est à portée de main.