•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La création de la première école Maïmonide à Montréal

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
La création de la première école Maïmonide à Montréal

La création de la première école Maïmonide à Montréal

L’École Maïmonide de Montréal, la première école juive francophone du Canada

Un élève juif sépharade se tient devant un livre devant d'autres élèves en arrière plan.
Des élèves de l'école Maïmonide, à MontréalPHOTO : Page YouTube de l'école Maïmonide
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 25 octobre 2018

En 1968, la communauté séfarade de Montréal a réussi à obtenir un appui du Congrès juif canadien pour la création d'une école francophone leur étant destinée. L'année suivante, alors qu'une crise linguistique faisait rage à Saint-Léonard, l'École Maïmonide voyait le jour. L'étudiante au doctorat en histoire à l'Université du Québec à Montréal Christine Chevalier-Caron raconte la lutte qui a mené à la fondation de cette école.

Après avoir acquis son indépendance en 1956, le Maroc a une volonté de prioriser l’enseignement de l’arabe à l’école. C’est dans ce contexte que des Juifs marocains, habitués à un système d’éducation en français, immigrent à Montréal. Ils choisissent la métropole québécoise parce qu’on y parle français et qu’on y trouve une communauté juive.

Or, au moment de l’arrivée des Juifs marocains au Québec, les écoles francophones refusent de recevoir des enfants qui ne sont pas catholiques. À l’instar des Juifs ashkénazes de Montréal, ils doivent envoyer des enfants dans des écoles anglophones.

L’enseignement du français, une priorité pour les Juifs séfarades

Les Juifs séfarades de Montréal mènent d’abord une bataille de plusieurs années pour convaincre la communauté juive du bien-fondé d’une école francophone pour leurs enfants. En 1969, une fois l’appui du Congrès juif canadien obtenu, ils installent l’école Maïmonide dans l’aile d’une école catholique.

Les Juifs séfarades créent leur première école juive francophone au moment où des Italo-Québécois réclament des écoles anglaises pour leurs enfants. La demande des Séfarades est politiquement dans l’intérêt du Québec, contrairement à celle des Italo-Québécois, qui refusent de se franciser.

Au départ, l’École Maïmonide ne compte que 14 élèves. Elle croît toutefois rapidement, et dès 1972, elle possède ses propres bâtiments et reçoit un financement du gouvernement québécois.

Aujourd’hui, l’École Maïmonide de Montréal sert au maintien de l’identité séfarade et francophone de la communauté Judéomarocaine. Ce lieu d’enseignement permet de faire un pont entre la majorité francophone du Québec et la communauté juive anglophone de Montréal.