•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les rébellions de 1837-38 racontés par Gilles Laporte

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Les rébellions de 1837-38 racontées par Gilles Laporte

Les rébellions de 1837-38 racontés par Gilles Laporte

Les rébellions des patriotes de 1837-1838, une contestation réprimée

L'armée britannique affronte les patriotes à Saint-Eustache, en 1837.
Illustration de la bataille de Saint-Eustache, en 1837PHOTO : Wikipedia
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 6 juin 2018

« Si la rébellion de 1837 peut se résumer à une résistance aux arrestations ordonnées par le gouvernement britannique [... ], celle de 1838 a été plus ambitieuse et visait à envahir le territoire de l'Amérique du Nord britannique à partir des États-Unis. » L'historien Gilles Laporte raconte le mouvement des patriotes et sa dure répression, qui a entraîné plus de 800 arrestations, des dizaines d'exils et la pendaison de 12 Canadiens français.

Dès la Conquête de 1760, de riches marchands installés à Québec et à Montréal monopolisent le commerce impérial, tandis qu’un peuple rural appauvri devient de plus en plus autosuffisant. Cette crise sociale se double d’une crise politique à partir de l’obtention d’institutions parlementaires par les Canadiens français en 1791. Biens qu’élus, les députés du Parti canadien (renommé Parti patriote en 1826) n’obtiennent aucune réponse aux doléances du peuple.

Les patriotes, qui ont notamment pour chef Louis-Joseph Papineau, souhaitent que leurs élus aient le droit de contrôler le budget. Ils veulent aussi pouvoir accéder à des postes exécutifs et s’exprimer librement.

Un désir de démocratie

Au départ, la rébellion des patriotes n’est pas un affrontement ethnique ou linguistique. Des anglophones prennent part au mouvement qui réclame l’établissement d’un gouvernement démocratique. Ses idées politiques sont semblables à celles présentes à l’époque en Ontario, aux États-Unis ou en Europe.

« Cette crise sociale, devenue crise politique, se mue en une crise ethnique au moment des affrontements, alors que l’on constate que ce sont les francophones qui sont touchés par la répression. »

— Une citation de  Gilles Laporte, historien

Les refus répétés de la Grande-Bretagne aux demandes des patriotes amènent ceux-ci à manifester publiquement leur mécontentement à partir de mars 1837. Devant l’interdiction de la tenue d’assemblées publiques par le gouvernement britannique, les patriotes décident de résister et prennent les armes à l’automne.

Les revers des patriotes

En 1837, les patriotes remportent une seule victoire contre l’armée britannique et ses sympathisants à Saint-Denis, dans la Vallée-du-Richelieu. Ils perdent les batailles de Saint-Charles et de Saint-Eustache.

L’année suivante, l’armée britannique compte près de 10 000 hommes au Bas-Canada pour épauler le général John Colborne. Elle vient facilement à bout de la résistance des patriotes lors de deux batailles, qui ont lieu près de la frontière américaine. Par la suite, une répression sévère s’abat sur les patriotes et mène à l’exécution de 12 d’entre eux.

La colonie britannique impose la loi martiale pour trois ans et il faudra attendre l’Union de 1840 pour que les Canadiens français retrouvent un semblant de vie politique.

Référence

Brève histoire des patriotes (Nouvelle fenêtre), de Gilles Laporte, Les éditions du Septentrion, 2015