•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Fellini, le cinéaste italien de l’imaginaire

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
La vie et l'oeuvre de Federico Fellini racontées par Helen Faradji

Fellini, le cinéaste italien de l’imaginaire

La vie et l'oeuvre de Federico Fellini racontées par Helen Faradji

Le réalisateur italien Federico Fellini
Federico Fellini lors du tournage de son film Amarcord, sorti en salle en 1974PHOTO : Getty Images / AFP
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 13 janvier 2018

Avec des films comme La dolce vita, 8 ½ et Amarcord, Federico Fellini (1920-1993) a marqué le cinéma en y amenant de la fantaisie et de l'introspection. L'édimestre de la section cinéma d'ICI Radio-Canada Télé, Helen Faradji, décrit le parcours de ce maître du septième art.

Avant de devenir réalisateur, Fellini faisait des caricatures de stars de cinéma. Une rencontre déterminante avec le cinéaste Roberto Rossellini, un spécialiste du néoréalisme, l’amène à écrire des scénarios, puis, petit à petit, à réaliser ses propres films.

L’univers fellinien évoque les femmes plantureuses et un monde onirique où le cirque est omniprésent. Le cinéaste affronte ses démons intérieurs en se réfugiant dans le rêve et les souvenirs d’enfance. La musique de Nino Rota apporte une nostalgie et une mélancolie à ses films.

« Il avait cette façon de filmer l’Italie, que ce soit dans les lieux réels de Rome ou dans les studios de Cinecittà, comme un endroit à la fois mythique et extrêmement réel et concret. »

— Une citation de  Helen Faradji, critique de cinéma

Un succès populaire et critique
Sorti en 1954, La strada est le premier grand film de Fellini. Cette oeuvre, qui critique un monde sans amour, est récompensée aux Oscars. Mais c’est en 1960, avec La dolce vita, que le réalisateur obtient l’un des plus grands succès de sa carrière.

Dans La dolce vita, Fellini fait jouer leur propre rôle à des vedettes et des aristocrates. Il montre les bas-fonds de la haute société romaine, ce qui fait scandale dans les milieux catholiques en Italie. Le triomphe du film ouvre les portes du cinéma international à Fellini. Il marque l’amorce d’une longue et très riche collaboration avec le comédien Marcello Mastroianni.

La célèbre scène de la fontaine de Trevi dans La dolce vita, avec Anita Ekberg et Marcello Mastroianni :

8 ½ : dans l’esprit d’un artiste qui n’arrive plus à créer
Fellini est l’un des cinéastes les plus récompensés de l’histoire du cinéma. Son film 8 ½ (1963) compte parmi ses quatre longs métrages pour lesquels il remporte l’Oscar du meilleur film étranger.

Dans 8 ½, Marcello Mastroianni joue un cinéaste en panne d’inspiration, l’alter ego du réalisateur. On y voit un artiste qui se réfugie dans le rêve pour fuir ses angoisses.

Bande-annonce en italien du film 8 ½ :