•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La vie de Cavelier de La Salle racontée par Gilles Roy

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
La vie de Cavelier de La Salle racontée par Gilles Roy

La vie de Cavelier de La Salle racontée par Gilles Roy

Cavelier de La Salle, l’explorateur qui a pris possession de la Louisiane

Cavelier de La Salle lit un document sur le bord du golfe du Mexique. Il est entouré de son équipage et d'Autochtones.
Illustration montrant la prise de possession de la Louisiane par Cavelier de La Salle, en 1682PHOTO : The New York Public Library / J. Marchand
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 10 novembre 2017

Aventurier héroïque pour les uns, ambitieux et mythomane pour les autres, Cavelier de La Salle a contribué à l'extension maximale des possessions françaises sur le continent nord-américain. En 1682, il a pris possession de la Louisiane au nom de Louis XIV. Gilles Roy, chercheur en histoire à l'Université de Montréal, fait le portrait du célèbre explorateur français.

Dès son enfance, René-Robert Cavelier de La Salle rêve d’être un des grands découvreurs de l’histoire. Issu d’une famille bourgeoise, il naît à Rouen, en Normandie, en 1643. Il reçoit son éducation chez les Jésuites et entre au noviciat, à Paris, à 15 ans. En 1660, il prononce ses vœux pour commencer sa formation en prêtrise.

L’épopée d’un personnage flamboyant
Au décès de son père, Cavelier de La Salle quitte les Jésuites et décide de rejoindre son frère, qui est sulpicien à Montréal. Arrivé au Canada, il reçoit des Sulpiciens un fief dans l’ouest de l’île. Il vend toutefois cette terre pour tenter de découvrir la mer de l’ouest, le passage envisagé pour atteindre les trésors de la Chine.

Un désir de conquête et de gloire anime Cavelier de La Salle. Il se joint d’abord à l’expédition de Dollier de Casson et Bréhant de Galinée en 1670. Puis, il passe quelques années à faire le commerce avec les Iroquois. En 1673, il fonde le fort Kataracouy, qu’il renommera fort Frontenac, pour favoriser le monopole français du commerce à l’embouchure du lac Ontario.

Par la suite, Cavelier de La Salle explore, au prix de nombreux péril, un immense territoire allant des Grands Lacs au golfe du Mexique. Pour y parvenir, il obtient des appuis à la cour de Louis XIV, grâce au gouverneur Frontenac.

« L’ambition de Frontenac et de Cavelier de La Salle était de créer un réseau de forts dans les Pays d’en haut et dans le Pays des Illinois, pour ensuite faire la mainmise sur le commerce des fourrures. »

— Une citation de  Gilles Roy, chercheur en histoire

En avril 1682, Cavelier de La Salle prend possession, au nom de Sa Majesté, de la moitié de l’Amérique du Nord. Deux ans plus tard, il obtient de la cour les moyens de préparer une ultime expédition pour retrouver l’embouchure du Mississippi par le golfe du Mexique. Mais ce voyage se termine de façon tragique en 1687, lorsque l’explorateur est assassiné.

Un parcours magnifié
Deux appuis de Cavelier de La Salle à la cour, les abbés Eusèbe Renaudot et Claude Bernou, ont arrangé les mémoires de l’explorateur en lui attribuant, notamment, la découverte de l’Ohio et du Mississippi. Selon Gilles Roy, il faut aussi relativiser le récit de certains de ses exploits, puisque des mémorialistes et des chercheurs du 19e siècle ont cherché à glorifier sa légende.