•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’évolution du soutien-gorge au fil des époques

Une femme en soutien-gorge et en corset a les bras levés.
En 1949, une femme porte un soutien-gorge et un corset.PHOTO : Getty Images / Chaloner Woods
Publié le 27 mai 2023

Simple bandeau à l'Antiquité, le soutien-gorge s'est transformé vers le corset à la Renaissance, puis vers la brassière qu'on connaît aujourd'hui au début du 20e siècle. L'historienne et anthropologue du costume Véronique Borboën décrit comment ce sous-vêtement est à la fois une arme de séduction, un objet de libération et un symbole de répression.

Selon Véronique Borboën, le soutien-gorge existe probablement depuis toujours. Dans l’Antiquité, des femmes portaient « une sorte de petite lanière » pour soutenir les seins.

Le bandeau évolue vers le corset extrêmement contraignant. « Au 16e siècle, […] on comprime tout. L’idée, c’est de garder la taille fine », raconte Véronique Borboën.

Du corset à la brassière

En 1889, Herminie Cadolle a l’idée de couper le corset en deux, ce qui fait en sorte qu’une gaine entoure le corps vers le bas, et le futur soutien-gorge couvre le haut. « Il y aura beaucoup d’essais-erreurs », dévoile notre invitée, qui précise que le terme « soutien-gorge » est inventé en 1904.

Le soutien-gorge arrive à point, car durant la Première Guerre mondiale, les femmes doivent être plus mobiles puisque beaucoup d’entre elles travaillent dans des usines.

Plus tard, durant les années folles, les femmes n’en veulent plus et se débarrassent du corset. « La mode était au plat; c’est-à-dire qu’on mettait des bandeaux pour écraser la poitrine. Il fallait qu’on n’en montre plus rien du tout », explique Véronique Borboën.

Avec les années 1930, la silhouette plus féminine revient. Les femmes gardent la gaine et remettent le soutien-gorge. Les frères Warner ajoutent plus de caoutchouc au soutien-gorge pour le rendre plus confortable.

Dans les années 1950, la compagnie canadienne WonderBra met sur le marché ses soutiens-gorges « ampliformes ». Les vedettes hollywoodiennes, dont Marilyn Monroe, inaugurent les célèbres soutiens-gorges « obus ».

Au début des années 1960, le soutien-gorge rehausseur de WonderBra propulse cette compagnie, mais aussi Playtex avec son soutien-gorge sans armatures Cross Your Heart.

À la fin des années 1960, des femmes enlèvent le soutien-gorge. « L’idée, c’était "Moi j’aimerais être reconnue pour ce qu’il y a dans ma tête, pas pour ce qu’il y en dessous." »

Paradoxalement, la lingerie féminine se multiplie. Certains sous-vêtements deviennent iconiques, notamment le bustier de Jean Paul Gaultier porté par la chanteuse Madonna.

En terminant, Véronique Borboën fait le point sur les différentes manières de montrer le corps avec le soutien-gorge et elle dévoile quand le soutien-gorge d’allaitement apparaît.