•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le drapeau franco-ontarien, symbole fort d’une communauté profondément enracinée

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Le drapeau franco-ontarien, symbole fort d’une communauté profondément enracinée

Le drapeau franco-ontarien, symbole fort d’une communauté profondément enracinée

Aujourd'hui l'histoire du drapeau franco-ontarien

Le drapeau franco-ontarien flotte au vent.
Le drapeau franco-ontarienPHOTO : Radio-Canada
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 2 novembre 2022

Hissé pour la première fois à l'Université de Sudbury le 25 septembre 1975, le drapeau franco-ontarien symbolise à la fois le passé et les ruptures avec l'histoire d'une communauté en quête d'identité. L'historienne Stéphanie St-Pierre parle des origines de ce drapeau ontarien.

Aujourd’hui, près de 620 000 Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes vivent dans la province, et leur histoire est liée à celle du Canada français. « La majorité des Franco-Ontariens qui migrent vers l’Ontario, avant les années 1950-1960 notamment, sont originaires du Québec », précise Stéphanie St-Pierre. Les Canadiennes et Canadiens français sont attirés par les régions agricoles et par les mines environnantes de Sudbury, au nord de la province. « Avant de les nommer les Franco-Ontariens, essentiellement, on nommait ce groupe les Canadiens français de l’Ontario », précise l’historienne.

Avant l’adoption du drapeau franco-ontarien, aucun symbole ne fait l’unanimité. En 1964, le Carillon Sacré-Cœur des sociétés Saint-Jean-Baptiste de l’Ontario tente de représenter la communauté, mais sans succès.

La Révolution tranquille au Québec entraîne la redéfinition des communautés francophones au Canada. En Ontario, deux tendances s’affirment. Une tendance artistique s’inspire de la contre-culture (CANO), et l’autre s’enracine dans une histoire qui remonte jusqu’aux origines.

La création du drapeau se situe dans cette effervescence, mais l’emblème prône un projet politique qui se situe davantage dans l’histoire. Pour le professeur d’histoire à l’Université Laurentienne Gaétan Gervais, il est important de représenter ce symbole distinct.

Le drapeau est accepté, car son choix de couleur est neutre, différent du rouge et du bleu pour des raisons politiques, et ses créateurs sont anonymes lors de son dévoilement.

« On [y] retrouve la fleur de lys, qui renvoie à son histoire française, à la francophonie dans son ensemble, et ensuite la fleur de trille, qui est le symbole floral de l’Ontario. »

— Une citation de  Stéphanie St-Pierre, historienne

L’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) ne l’adopte pas immédiatement, mais en 1977. « Dès qu’il est adopté par le milieu scolaire, il devient vraiment un symbole qui est reconnu par toute une génération de jeunes », affirme Stéphanie St-Pierre.

En 1997, le drapeau devient un symbole de résistance lorsque le gouvernement ontarien menace de fermer l’hôpital Montfort à Ottawa, le seul établissement hospitalier francophone dans la province. « Je pense qu’il y a quand même une mouvance, après Montfort, pour pousser la reconnaissance du drapeau, mais aussi de la communauté qu'il représente. »

Le drapeau franco-ontarien jouit d’une reconnaissance officielle depuis 2001. Stéphanie St-Pierre raconte comment il flotte, depuis 2020, devant des hôtels de ville ontariens ainsi qu'à Queen’s Park, à Toronto.