•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Lucy, le squelette vedette de la préhistoire

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Lucy, le squelette vedette de la préhistoire

Lucy, le squelette vedette de la préhistoire

Aujourd'hui l'histoire de Lucy, superstar de la préhistoire

Le squelette préhistorique Lucy est exposé dans un musée.
Le squelette de l'australopithèque LucyPHOTO : Getty Images / FRED TANNEAU
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 19 octobre 2022

En 1974, une équipe de chercheurs franco-américains a fait une découverte révolutionnaire en Éthiopie : un squelette de 3,2 millions d'années, une femme décédée à près de 20 ans. Son nom officiel est AL 288-1, mais elle est mieux connue sous Lucy. Claudine Cohen, spécialiste de la paléontologie et des représentations de la préhistoire, nous parle de ce fossile mythique.

Presque 50 ans après sa découverte, Lucy est encore célèbre en raison de son ancienneté et de ses 52 os préservés. De plus, elle a fait l’objet d’une médiatisation mondiale. Même si elle n’est plus considérée comme l’ancêtre de l’humanité, sa notoriété demeure légendaire.

Un terrain de recherche

Déjà, Charles Darwin, dans son livre de 1871, La filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, soupçonnait que l’Afrique était le berceau de l’humanité. De plus, en 1925, des chercheurs ont découvert un crâne d’enfant et, plus tard, d’autres fossiles d’australopithèques en Afrique de l’Est. « On a compris que c’était là qu’il fallait chercher les fossiles humains les plus anciens », explique Claudine Cohen. L’équipe franco-américaine de chercheurs est donc attirée par ce continent.

La découverte de 1974 ne se fait pas de manière miraculeuse. Depuis 1966, le géologue Maurice Taieb étudie les terrains de Hadar, en Éthiopie. L’équipe de chercheurs, avec notamment Donald Johanson et Yves Coppens, se rend sur place pour réaliser des prospections paléontologiques. En novembre 1974, Tom Gray, un étudiant de Donald Johanson, trouve des ossements, en très mauvais état, mais qu’on peut identifier comme humains.

« On n’avait pas encore trouvé de fossiles aussi anciens. […] C’était un fossile dont on pouvait à peu près reconstituer l’ensemble du squelette. »

— Une citation de  Claudine Cohen, paléontologue

Les chercheurs confirment également que Lucy est bipède, ce qui prouve son appartenance à la famille humaine.

Par contre, Claudine Cohen remet en question le sexe du squelette, alors que ses découvreurs affirment qu’il est féminin. « On n’a pas deux fossiles. On ne peut absolument pas dire si ce fossile-là est bien celui d’une femme. On peut avoir accès à une espèce qui est absolument gracile », affirme-t-elle. « C’est une hypothèse qui a un certain nombre d’arguments, mais qui peut se révéler aussi assez fragile. » Également, la dénomination et le succès public de Lucy sont dus aux revendications féministes dans le domaine de l’anthropologie aux États-Unis.

Également au cours de cette émission, Claudine Cohen explique les relations de l’australopithèque Lucy avec l’homo sapiens.