•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La vie d'Hector Toe Blake racontée par Léandre Normand

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Hector « Toe » Blake, joueur et entraîneur marquant du Canadien de Montréal

La vie d'Hector Toe Blake racontée par Léandre Normand

Hector « Toe » Blake, joueur et entraîneur marquant du Canadien de Montréal

Toe Blake brandit la coupe Stanley.
Hector « Toe » Blake (au centre) en compagnie de Maurice Richard (à gauche) et de Jacques Plante (à droite).PHOTO : La Presse canadienne / Ian Barrett
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 27 mai 2022

Dominant sur la glace, Hector « Toe » Blake s'est taillé une place parmi les grands, d'abord comme joueur sur la célèbre Punch line avec Elmer Lach et Maurice Richard, puis comme entraîneur avec les Glorieux. Le journaliste sportif et historien du Canadien de Montréal Léandre Normand raconte sa vie et sa carrière.

Hector « Toe » Blake grandit dans le Nord de l’Ontario dans une extrême pauvreté. Il obtient sa première paire de patins à 13 ans. Après avoir cheminé dans le hockey ontarien, il est embauché par les Maroons de Montréal en 1934. Peu de temps après, le Canadien de Montréal s’intéresse à lui et réussit à l’obtenir la saison suivante.

Quand Blake arrive dans l’équipe, cette dernière ne va pas très bien. L’arrivée de Maurice Richard en 1942 mène à la création de la célèbre Punch line, « une idée de génie de Dick Irvin, qui a décidé de réunir Toe Blake, Maurice Richard et Elmer Lach sur le même trio. C’est l’éclosion », affirme Léandre Normand.

Le Canadien remporte la Coupe Stanley en 1944 et en 1946. En 1946, Blake arrive en tête des marqueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) avec 29 buts et 50 points, suivi de près par Maurice Richard.

En 1948, Hector « Toe » Blake se fracture la cheville. Frank Selke, le directeur général du Canadien, l’envoie comme entraîneur à Houston en attendant qu’il se rétablisse. Blake commence une carrière d’entraîneur dans les ligues mineures de hockey, car sa blessure met fin prématurément à sa carrière de hockeyeur. Lorsque l’entraîneur Dick Irvin quitte le Canadien, en 1955, Hector « Toe » Blake est finalement choisi pour le poste.

« Tout de suite, la première saison, Hector « Toe » Blake entreprend sa série merveilleuse de cinq Coupes Stanley. »

— Une citation de  Léandre Normand, journaliste sportif

Ses relations avec la presse et certains arbitres sont difficiles. Cependant, il protège ses joueurs bec et ongles : « C’était un homme dur, mais juste », révèle Léandre Normand, qui croit qu’il n’est pas reconnu à sa juste valeur. « Comme joueur, la Ligue nationale l’a intronisé, mais ne l’a pas reconnu parmi ses entraîneurs émérites. Le Canadien n’a, malheureusement, rien fait [pour reconnaître son travail], ni comme joueur ni comme entraîneur. […] Son chandail n’a jamais été retiré. »

Ses 13 saisons et ses 8 Coupes Stanley comme entraîneur le prouvent indubitablement : Hector « Toe » Blake est « le plus grand entraîneur de l’histoire du Tricolore ».