•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'histoire du drapeau de Carillon racontée par Dave Noël

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
La bannière de Carillon, un étendard aux origines mystérieuses

L'histoire du drapeau de Carillon racontée par Dave Noël

La bannière de Carillon, un étendard aux origines mystérieuses

Une photo de la bannière de Carillon.
La bannière de Carillon de 1902PHOTO : Wikipédia/Judicieux
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 24 mai 2022

La bannière de Carillon fait 213 cm de largeur et 307 cm de longueur sur un fond vert très pâle qui fut peut-être du bleu, comme le fleurdelisé. Elle aurait flotté pour la première fois à la bataille de Carillon de 1758, remportée par Montcalm. Le journaliste et historien Dave Noël départage le vrai du faux concernant ce drapeau.

Son origine ne fait pas de doute : « C’est vraiment un drapeau qui date du 18e siècle. […] On a les armoiries de Beauharnois qui sont sur le drapeau, on a aussi un symbole de la Madone, donc la Vierge Marie avec l’Enfant Jésus, qui est au centre du drapeau, et dans les quatre coins, on a les fleurs de lys qui pointent vers le centre », explique l’historien.

Par contre, la couleur d’origine de la bannière de Carillon est difficile à déterminer. On a longtemps cru qu’il était bleu, mais il serait plutôt blanc ou jaune pâle. Ce drapeau a été restauré dans les années 1990, malgré des portions irrécupérables.

Il apparaît en public la première fois à la Saint-Jean-Baptiste à Québec en 1848, lorsque l’avocat Louis de Gonzague Baillairgé le met de l’avant lors de la parade. Les journaux de l’époque signalent ce drapeau parmi les autres. Selon Louis de Gonzague Baillairgé, un père des Récollets l’aurait ramené de la bataille des plaines d’Abraham et l’aurait installé à l’église des Récollets de Québec. Il aurait été accroché à la voûte de l’église jusqu’en 1796 et sauvé miraculeusement d’un incendie.

En 1858, pour le centenaire de la bataille de Carillon, Octave Crémazie écrit un poème qui fait connaître le drapeau au reste du Canada et même en France.

Plus tard, le Carillon inspire le curé Elphège Filiatrault, qui conçoit le premier drapeau du Québec. Il conserve les fleurs de lys du Carillon et adopte le fond bleu qu’il croit original. En voyant l’engouement croissant des Canadiens français pour cette œuvre, Maurice Duplessis fait du fleurdelisé le drapeau du Québec en 1948.

Pour Dave Noël, la bannière de Carillon en dit long sur la quête des Canadiens français après la conquête britannique, jusqu’au milieu du 20e siècle. « Je trouve que ce drapeau témoigne d’une histoire mouvementée et de l’évolution du Québec. […] C’est un drapeau qui a évolué et qui, maintenant, est bien ancré dans le paysage et n’est plus vraiment remis en question. »