•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Jack Kerouac, un auteur prolifique

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Jack Kerouac, un auteur prolifique

Jack Kerouac, un auteur prolifique

L'histoire de Jack Kerouac avec Danielle Laurin

Portrait de Jack Kerouac
Jack Kerouac dans les années 1950 PHOTO : Getty Images / Mondadori
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 8 mars 2022

Jack Kerouac, romancier canadien-français, a été un écrivain atypique. Il écrivait si rapidement que son livre le plus célèbre, intitulé On the road (Sur la route), serait un long paragraphe de 120 000 mots. La journaliste spécialisée en littérature, Danielle Laurin, retrace l'histoire du fondateur de la Beat Generation.

Jack Kerouac, dont on souligne cette année le 100e anniversaire, est né à Lowell aux États-Unis, de parents québécois. L'homme est né Jean-Louis Kerouac et est devenu populaire pour sa « prose spontanée ».

Danielle Laurin décrit cette écriture improvisée en la comparant à la musique jazz dont Jack Kerouac était un grand amoureux; il aurait, paraît-il, cherché à en reproduire le souffle.

Contre toute attente, plusieurs éditeurs ont refusé de publier le livre phare de l'auteur On the Road dans lequel il raconte ses voyages. Ces refus ont bouleversé Jack Kerouac, qui se sentait « nié dans son être profond », raconte Danielle Laurin.

L'ouvrage a été reconnu plus tard comme un chef-d'œuvre de la littérature américaine. Hélas, Jack Kerouac aurait très mal vécu cette célébrité.

Daniel Laurin décortique aussi le mouvement Beat Generation que l'écrivain a fondé avec ses camarades. Elle explique en quoi ce mouvement était provocateur et irrévérencieux, et pourquoi il rejetait les normes établies.

La journaliste revient aussi sur la fin malheureuse de celui qui a été, selon elle, « le chantre de la littérature et de la liberté aux États-Unis ». Il est décédé à 47 ans, dans la solitude, avec en tout 69 dollars dans son compte bancaire, raconte Daniel Laurin.