•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les Rangers, guides des militaires dans le Grand Nord

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Les Rangers, guides des militaires dans le Grand Nord

Les Rangers, guides des militaires dans le Grand Nord

Les Rangers Canadiens avec Stéphane Roussel

Les Rangers du Canada sont souvent bien placés pour répondre en cas de pandémie, puisqu'ils sont souvent originaires des communautés où ils servent.
Les Rangers sont en quelque sorte le corps d'intervention des Forces canadiennes dans le nord du pays.PHOTO : Sergent Peter Moon
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 22 février 2022

Ils connaissent parfaitement le Nord canadien, et son environnement hostile n'a plus aucun secret pour eux. Majoritairement autochtones, les Rangers sont des chasseurs, des pêcheurs, des prospecteurs ou des travailleurs forestiers membres des Forces armées canadiennes. Ils guident leurs confrères et consoeurs militaires dans des régions éloignées et difficilement accessibles du Canada. Stéphane Roussel, professeur à l'École nationale d'administration (ÉNAP) à Montréal, considère ces sentinelles à la fois comme des militaires et des civils.

Contrairement aux militaires habituels, les Rangers ne sont pas investis d'une mission de combat. D'ailleurs, ils ne portent que des armes rudimentaires.

Stéphane Roussel mentionne que la naissance des Rangers remonte à la Deuxième Guerre mondiale, sur les côtes du Pacifique, dans l'Ouest canadien. « À l'époque, on craignait des incursions japonaises [et] on a réuni des volontaires qui se sont organisés en groupes de milices. Ils ont pris officiellement en 1942 le nom de Rangers de la milice de la côte du Pacifique », explique le professeur. Il les décrit comme des gardiens et des surveillants.

Une fois la Deuxième Guerre mondiale terminée, le groupe des Rangers sera dissous. Mais il renaîtra de ses cendres en 1947 au Yukon et au Québec, avant de connaître une nouvelle éclipse pendant la guerre froide.

Stéphane Roussel décortique les hauts et les bas de l’organisation et raconte comment les craintes entourant la souveraineté du Canada a entraîné son retour en force sur la scène militaire dans les années 1980.