•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La crise pétrolière de 1973 racontée par Samir Saul

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Le choc pétrolier de 1973 : la fin d’une époque

La crise pétrolière de 1973 racontée par Samir Saul

Le choc pétrolier de 1973 : la fin d’une époque

Un grand nombre de voitures se trouvent dans un poste d’essence où des personnes remplissent leur réservoir.
Des voitures dans un poste d’essence britannique en 1973PHOTO : Getty Images / Express
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 27 janvier 2022

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les pays riches carburaient au pétrole bon marché. À l'automne 1973, les pays arabes ont fermé le robinet. Samir Saul, historien spécialisé du monde arabe, raconte comment « le problème fermentait depuis longtemps, depuis au moins les années 1960 ».

Sept entreprises contrôlaient l’industrie pétrolière en laissant des miettes aux pays producteurs. Des tensions pour des partages plus équitables des revenus et des redevances sont alors apparues. De plus, la surproduction pétrolière des années 1960 a fait baisser les prix et a mécontenté les sociétés et les pays exportateurs. « C’est l’une des raisons de la formation de l’OPEP [Organisation des pays exportateurs de pétrole] en 1960 », explique Samir Saul.

Le pétrole se vendait en dollars américains, une monnaie qui était en train de perdre de la valeur en raison de l’inflation et des dépenses élevées engendrées par la guerre du Vietnam. « Le dollar [était] en train d’être dévalué et les pays exportateurs [étaient] payés en dollars dévalués », ajoute Samir Saul.

Le pétrole, une arme

En 1973, la guerre du Kippour a mis aux prises Israël et les pays arabes, l’Égypte et la Syrie en particulier. Les États-Unis ont appuyé Israël, ce qui a choqué les pays arabes. Les pays pétroliers ont alors obtenu l’occasion d’affirmer leur volonté de défendre les autres pays arabes et d’exiger une hausse des prix du pétrole en les augmentant eux-mêmes.

Les conséquences ont été immédiates : le prix du pétrole a été multiplié par quatre. Pour la première fois de l’histoire, les pays producteurs étaient en position de force. Devant la situation, les gouvernements occidentaux ont formé en 1974 l’Agence internationale de l’énergie (AIE), une union des pays consommateurs, pour plus ou moins tenir tête aux pays producteurs.

Également au cours de cette émission, Samir Saul raconte comment l’Occident s’est approvisionné autrement en pétrole, pourquoi le libéralisme a progressé dans les années 1980 et pourquoi cette crise n’est toujours pas résolue.