•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'histoire du journal Le Jour racontée par Paule Beaugrand-Champagne

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Le journal Le Jour, une présence éphémère dans le paysage médiatique

L'histoire du journal Le Jour racontée par Paule Beaugrand-Champagne

Le journal Le Jour, une présence éphémère dans le paysage médiatique

Le journal Le jour du jeudi 28 février 1974 et le titre Les provinces explosent et passent à l'attaque.
La première édition du journalLe jour, le jeudi 28 février 1974PHOTO : Bibliothèque de l'UQAM
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 1 décembre 2021

Le jeudi 28 février 1974 paraissait la première édition du Jour, un quotidien voué à la promotion de l'option souverainiste québécoise. La journaliste Paule Beaugrand-Champagne était une des membres de l'équipe fondatrice du journal. Elle raconte l'aventure de ce quotidien.

En 1974, le Parti québécois n’est pas encore au pouvoir; il est déçu des résultats de l’élection de 1973 et des prises de position des éditorialistes des quotidiens du Québec. René Lévesque, Jacques Parizeau et Yves Michaud lancent l’idée d’un journal qui défend l’indépendance du Québec et la social-démocratie. Dès le départ, l’indépendance du journal avec le PQ est établie.

« Il y avait peu de cheveux gris dans cette salle de réaction et on était prêts à tout donner. »

— Une citation de  Paule Beaugrand-Champagne

Le 16 février, avant le premier numéro du 28 février, Le Jour comptait 15 000 abonnements dans le Grand Montréal. « Notre objectif était 25 000 vendus. On l’a atteint en quelques mois », affirme Paule Beaugrand-Champagne.

Le Jour attirait un grand nombre de lecteurs, mais il disposait de moyens financiers limités. Les annonceurs étaient au rendez-vous, mais pas les autorités publiques, car les avis publics du gouvernement étaient une bonne source de revenus pour les journaux.

À l’interne, des fissures sont apparues. Le Jour comprenait une société de rédacteurs. Les journalistes avaient un droit de regard sur le contenu éditorial du quotidien et évaluaient leurs collègues, ce qui a créé maintes tensions. En même temps, les membres du Parti québécois estimaient que le journal leur appartenait.

Le Jour a cessé de paraître en août 1976, mais il est brièvement revenu sous la forme d’un hebdomadaire, de février 1977 à janvier 1978.

En terminant, Paule Beaugrand-Champagne dévoile ce qu’il reste de l’esprit du Jour dans les autres médias : « Nous avons réussi à défendre l’importance d’aller chercher le lecteur là où il est », dit-elle.