•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le sentier lumineux du Pérou, avec Geneviève Dorais

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Le Sentier lumineux et la répression sévère du gouvernement péruvien

Le sentier lumineux du Pérou, avec Geneviève Dorais

Le Sentier lumineux et la répression sévère du gouvernement péruvien

Des soldats  escortent deux hommes qui cachent leur visage.
En 1992 à Lima, des soldats péruviens escortent deux membres du Sentier lumineux.PHOTO : Getty Images / DANTE ZEGARRA
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 27 octobre 2021

Avec 70 000 morts et personnes disparus, le Sentier lumineux est à l'origine des pires violences au Pérou. Fondé par le professeur de philosophie Abimael Guzman en 1970, ce mouvement maoïste a choisi la lutte armée au début des années 1980. La riposte de l'État a été très violente. L'historienne Geneviève Dorais fait le point sur cette période sombre du pays sud-américain.

Le Sentier lumineux est né d’une scission avec le Parti communiste péruvien. À la fin des années 1960, le pays est divisé entre une très grande population d’ascendance autochtone qui vit dans les Andes, et qui est économiquement et politiquement marginalisée, et les élites politiques et financières de classes moyennes urbaines de Lima, sur la côte pacifique.

Pendant 10 ans, le Sentier lumineux peaufine son idéologie. Son premier coup d’éclat a lieu le 17 mai 1980, la veille de l’élection nationale au Pérou. « Personne ne l’avait vu venir, personne ne le connaissait », fait remarquer Geneviève Dorais.

« Le conflit va s’agrandir et cette guerre populaire menée par le Sentier lumineux […] va finalement arriver aux portes de Lima au début des années 90. À ce moment-là, les gens se réveillent à Lima. »

— Une citation de  Geneviève Dorais, historienne

Ce climat d’insécurité et de violence mène à l’élection d’Alberto Fujimori en 1990. Deux ans plus tard, ice dernier proclame un coup d’État pour se donner la marge nécessaire pour résoudre le conflit avec le Sentier lumineux, ce qui mène à maintes violations de droits de la personne et à de la corruption.

Abimael Guzman à son procès en 2018.

Le fondateur et ancien chef du Sentier lumineux, Abimael Guzman, à son procès en 2018

Reuters / Mariana Bazo

Au cours de cette émission, Geneviève Dorais raconte également comment ce mouvement s’est étiolé après l’emprisonnement de son dirigeant en 1992 et comment les souvenirs de cette guerre civile servent une certaine droite conservatrice péruvienne.