•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le sociologue Everett Hughes à Drummondville, avec Harold Bérubé

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Les fines observations du sociologue américain Everett Hughes à Drummondville

Le sociologue Everett Hughes à Drummondville, avec Harold Bérubé

Les fines observations du sociologue américain Everett Hughes à Drummondville

Le sociologue américain Everett Hughes parle devant une bibliothèque.
Everett HughesPHOTO : University of Chicago Photographic Archive
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 26 octobre 2021

De 1937 à 1940, le sociologue américain Everett Hughes a effectué plusieurs séjours à Drummondville. Il y a observé une population francophone qui est passée, en accéléré, d'une société rurale traditionnelle à une communauté industrielle dominée par les anglophones. Son enquête a connu de vifs succès dans les cercles universitaires américains, et il l'a publiée dans le livre Rencontre de deux mondes (French Canada in Transition). L'historien Harold Bérubé rend compte de cette étude sociologique tout en nuances.

Lors du recensement de 1941, Drummondville a une population d'un peu plus de 20 000 personnes, majoritairement francophone, et qui compte de 5 à 6 % d’anglophones.

Everett Hughes est en tout début de carrière. Après ses études en sociologie et en anthropologie à l’Université de Chicago, il épouse la sociologue canadienne Helen McGill. C’est grâce à elle qu’il veut venir au Canada. En 1927, il devient professeur de sociologie à l’Université McGill, à Montréal.

Il suit de près les travaux de son collègue Horace Miner, qui observe la paroisse de Saint-Denis-de-Kamouraska et qui a l’impression de retrouver une société archaïque perdue dans la modernité américaine. Everett Hughes, qui vit à Montréal, voit un Canada français très moderne et urbain.

« Drummondville est un milieu qui va lui permettre de saisir en plein déroulement le fonctionnement de cette transition d’une société traditionnelle à une société moderne. »

— Une citation de  Harold Bérubé, historien

Dans son livre, il décrit une société de contrastes qui abrite une société rurale en déclin et une métropole. « Les Canadiens français vivent une industrialisation essentiellement pilotée par des Britanniques et des Américains qui en dictent les conditions », explique Harold Bérubé.

Enfin, Everett Hughes décrit un catholicisme déjà sur le déclin et qui essaie de s’adapter à la modernité. « L’ouvrage, d’une certaine manière, contredit assez profondément cette idée de la grande noirceur », raconte Harold Bérubé.