•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Albert Chartier, pionnier de la bande dessinée au Québec, avec J.-D. Leduc

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Albert Chartier, le pionnier de la bande dessinée québécoise

Albert Chartier, pionnier de la bande dessinée au Québec, avec J.-D. Leduc

Albert Chartier, le pionnier de la bande dessinée québécoise

Sur la page couverture d'une bande dessinée, une femme court derrière un homme en brandissant un rouleau à pâte.
La page couverture d'une bande dessinée Onésime, d'Albert ChartierPHOTO : Le bulletin des agriculteurs
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 22 octobre 2021

Albert Chartier a inspiré plusieurs générations de bédéistes. Son personnage d'Onésime a égayé les pages du mensuel Le bulletin des agriculteurs pendant plus de 55 ans. Jean-Dominic Leduc, chroniqueur BD et conférencier, nous fait connaître ce bédéiste.

Albert Chartier est né en 1912 à Montréal. Après ses études secondaires au Montreal High School, il entame une formation à l’École des beaux-arts de Montréal, qu’il abandonne. Au début des années 1930, le journal La Patrie lui ouvre ses pages. En 1935, Albert Chartier publie sa première bande dessinée, Bouboule.

Une planche de bande dessinée jaunie.

Une planche de la bande dessinée Onésime

Le bulletin des agriculteurs

En 1940, il se rend à New York et décroche un contrat pour la Big Shot Comics, de la Columbia Comics Corporation, sous le nom d’Al Chartier. « On voit déjà, à l’époque, la grande maîtrise de Chartier, l’élégance du trait », raconte Jean-Dominic Leduc.

Il revient de New York en 1941 et s’installe à Saint-Jean-de-Matha, dans Lanaudière. Il commence à collaborer au Bulletin des agriculteurs en fournissant des illustrations sur des nouvelles de Gabrielle Roy et sur le récit Le père bougonneux, de Claude-Henri Grignon. Par la suite, le journal lui offre de produire une bande dessinée pour ses pages. « Il lui vient l’idée de raconter les péripéties d’un couple à la campagne », raconte Jean-Dominic Leduc. C’est la naissance d’Onésime, un grand rêveur très maladroit, et de Zénoïde, son épouse.

« Au Québec, et généralement à l’international dans ces années-là, la bande dessinée est un phénomène de grandes villes, donc dans les grands quotidiens, explique Jean-Dominic Leduc. Lorsqu’on lit Onésime, on est tout de suite transporté, dès la première case, et ça, c’est le signe que c’est un grand », dit-il en comparant Albert Chartier à Hergé (Tintin) et à Franquin (Gaston Lagaffe).

À la fin de cette émission, Jean-Dominic Leduc explique pourquoi la contribution d’Albert Chartier est essentielle dans l’histoire de la bande dessinée.