•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L'héritage d'Harriet Tubman, avec Mylène Desautels

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
L’héritage crucial d’Harriet Tubman, militante abolitionniste

L'héritage d'Harriet Tubman, avec Mylène Desautels

L’héritage crucial d’Harriet Tubman, militante abolitionniste

Harriet Tubman regarde la caméra.
Harriet TubmanPHOTO : National Portrait Gallery/Horatio Seymour Squyer
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 13 octobre 2021

Grand nom du mouvement abolitionniste aux États-Unis, Harriet Tubman a été victime de graves sévices alors qu'elle était réduite en esclavage. Elle a réussi à s'enfuir et a aidé par la suite des centaines d'esclaves à s'évader. Elle est ainsi devenue une figure de proue du chemin de fer clandestin, dont la destination était souvent le Canada. L'historienne Mylène Desautels raconte le parcours courageux d'Harriet Tubman.

Harriet Tubman naît vers 1822 dans une plantation du Maryland. Elle a environ 27 ans quand elle s’évade. Même si la traite atlantique a été abolie en 1808, l’esclavage est à l'époque en constante augmentation aux États-Unis.

Lors de sa fuite, Harriet Tubman chemine surtout de nuit, aidée par le chemin de fer clandestin créé par des abolitionnistes blancs et des Noirs libres. Elle parcourt 150 km à pied, de maison en maison, jusqu’à Philadelphie, un arrêt important de ce chemin de fer.

Elle est libre, mais sa famille et son mari lui manquent cruellement. Elle décide alors de retourner dans le Sud chercher des esclaves. Elle y retourne près d’une fois par année, à la fin de l’automne, où les nuits sont plus longues et noires. Dans tous les rapatriements qu’Harriet Tubman a effectués, elle n’a jamais perdu un passager.

« Elle a eu même des groupes assez larges, on estime parfois jusqu’à 10 à 11 personnes en même temps. »

— Une citation de  Mylène Desautels, historienne

L’importance du Canada

La loi des esclaves fugitifs de 1850 autorise les esclavagistes des États du Sud à aller chercher leurs esclaves réfugiés au nord. Plusieurs d’entre eux s’installent donc au Canada, à Chatham et à St. Catharines, en Ontario, dont Harriet Tubman.

Infatigable, elle se lance dans la guerre de Sécession au sein des troupes de l’Union. Elle est dépêchée en Caroline du Sud, à Port Royal, où se rendent tous les esclaves sudistes qui se sauvent . À partir de 1862, elle joue un rôle d’espionne également durant le conflit.

Au cours de cette émission, Mylène Desautels raconte les liens d’Harriet Tubman avec l’abolitionniste Frederick Douglass et le secrétaire d’État d’Abraham Lincoln, William Henry Seward, ainsi que la lente réhabilitation de son héritage aux États-Unis.