•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le congrès des infirmières de 1929, avec Alexandre Klein

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Le combat des infirmières canadiennes-françaises en 1929

Le congrès des infirmières de 1929, avec Alexandre Klein

Le combat des infirmières canadiennes-françaises en 1929

Photo d'une religieuse qui utilise un microscope et d'une infirmière dans un laboratoire
Religieuse et infirmière dans un laboratoire de l'Hôtel-Dieu d'Edmundston (1947)PHOTO : Livre Vivre sa santé en français au Nouveau-Brunswick (2011) / S.Ladouceur et M.Robichaud
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 7 octobre 2021

Les infirmières canadiennes-françaises ont dû se battre pour se faire reconnaître à leur juste valeur auprès des médecins, mais aussi auprès de leurs collègues anglophones, qui ne partageaient pas la même vision du métier. Le Congrès de 1929 a catalysé ces femmes qui se réclamaient de l'héritage de Jeanne Mance. Alexandre Klein, philosophe et historien des sciences, explique comment elles se sont exprimées d'une seule voix.

L’organisation de ce congrès se met en marche dès 1927 avec la constitution d’un comité national et d’un comité local. Ces comités comptent une représentante du Québec qui est anglophone d’origine irlandaise, ce qui agace les infirmières canadiennes-françaises. Après sa démission, elle n’est pas remplacée. Les infirmières canadiennes-françaises se mobilisent alors.

Ce mouvement vise à affirmer que les infirmières canadiennes-françaises s’inspirent de Jeanne Mance, qui prône le dévouement et l’abnégation, alors que le modèle répandu partout est celui de la Britannique Florence Nightingale, qui appelle à la professionnalisation du métier.

« [Les infirmières canadiennes-françaises] ne se sentent pas représentées à la hauteur de leur contribution […], mais aussi […] de leur contribution à l’histoire des soins infirmiers au Canada. »

—  Alexandre Klein, philosophe et historien des sciences

Au début de 1929, une infirmière canadienne-française est nommée comme représentante et d’autres le sont dans divers comités.

Le 6 juillet 1929, près de 6000 infirmières du monde entier arrivent à Montréal pour le Congrès. « [Les infirmières canadiennes-françaises] sont là et elles en profitent pour faire entendre leurs voix, pour faire entendre leur histoire », affirme Alexandre Klein. Paradoxalement, toutes les communications se déroulent en anglais.

La perception de ce métier commence à changer lors des années 1960. La syndicalisation s’accentue dès lors.

Au cours de cette entrevue, Alexandre Klein glisse un mot sur la formation générale des infirmières, débattue lors du Congrès international de 1969, et de cette profession qui a beaucoup changé, mais dont nous conservons encore certains préjugés.