•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
L’inexplicable censure d’une pièce de théâtre à Expo 67

Le scandale de la pièce Équation pour un homme actuel raconté par Michel Vaïs

L’inexplicable censure d’une pièce de théâtre à Expo 67

Publié le 14 mai 2021
Pavillons à l'Expo 67
Pavillons à l'Expo 67PHOTO : Getty Images / Ron Case/Keystone Features/Getty Images

Onze ans avant le scandale des Fées ont soif, neuf comédiens étaient arrêtés en pleine représentation de la pièce Équation pour un homme actuel, le 16 septembre 1967, pour indécence. Pourtant, l'œuvre ne recelait ni nudité ni infraction à la morale, et avait été mandatée par une commissaire d'Expo 67. Michel Vaïs, critique de théâtre et membre de la distribution, raconte à Jacques Beauchamp un procès rocambolesque qui a donné lieu à des témoignages truculents de Paul Buissonneau.

En 1967, le théâtre amateur a le vent dans les voiles au Québec. La troupe Les saltimbanques fait sa marque en montant des œuvres étrangères jamais encore créées au Québec.

Invités à créer un spectacle audacieux à l’occasion d’un festival de théâtre d’Expo 67, Les saltimbanques souhaitent y représenter l’évolution de l’humain depuis l’apparition de la vie sur Terre.

L’ordinateur dramaturge

Les textes d’Équation pour un homme actuel sont générés par un ordinateur de l’Université de Montréal. La scénographie comprend des mouvements de danse ainsi que des projections. Une jeune danseuse nommée Carole Laure y fait sa première expérience théâtrale.

« On portait des costumes en tôle […] et on faisait du bruit en frappant dessus. C’était vraiment radicalement nouveau, radicalement étrange, étonnant… Ça a surpris beaucoup le public. »

—  Michel Vaïs, comédien et critique de théâtre
Des comédiens maquillés et costumés exécutent des mouvements dans une scène de la pièce Équation pour un homme actuel.

Scène de la pièce Équation pour un homme actuel

Jeu, revue de thêatre

Cachez ce son…

Lors de la dernière représentation, au terme d’une scène évoquant métaphoriquement des relations sexuelles, l’escouade des moeurs de la Ville de Montréal effectue une descente.

Selon Michel Vaïs, une musique contenant quelques bruits orgasmiques a pu être à l’origine des plaintes.

Lors du procès, Les saltimbanques doivent contredire la version des policiers, selon laquelle la pièce était « une véritable orgie ». Ils sont finalement reconnus coupables.

Au cours de cette émission, Michel Vaïs raconte comment la troupe a ensuite obtenu une subvention de 20 000 $ pour aller jouer Équation pour un homme actuel en France.