•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
Le tigre, char allemand emblématique de la Seconde Guerre mondiale

L'histoire du tigre royal allemand racontée par Stéphane Roussel

Le tigre, char allemand emblématique de la Seconde Guerre mondiale

Publié le 6 mai 2021
Un char d'assaut allemand de modèle tigre, immobile sur une pelouse devant un arbre.
Un tigre exposé à Vimoutiers, en FrancePHOTO : afp via getty images / JEAN-FRANCOIS MONIER

Les Allemands croyaient qu'il allait leur faire gagner la guerre et les alliés le redoutaient. Doté d'une cuirasse invulnérable aux armes antichars de l'époque ainsi que d'un puissant canon destructeur, il a effectivement changé le cours de plus d'une bataille. Stéphane Roussel, spécialiste en questions géopolitiques et militaires, explique à Jacques Beauchamp pourquoi le tigre était trop rare et trop lourd pour vraiment faire une différence dans l'issue de la guerre.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Allemands et alliés se battent à armes égales, quoique les troupes d’Hitler ont un avantage tactique.

La leçon russe

Au moment d’envahir l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), la Wehrmacht se heurte aux chars T-34 et de la série KV de Staline. Pour éviter d’autres revers, l’Allemagne développe rapidement un modèle de char mis au point à la fin des années 1930, mais jamais construit.

Le tigre fait ses débuts sur les champs de bataille en 1942.

Des soldats nazis en conciliabule sur le dessus d'un tigre vers 1941.

Le général Heinz Guderian parle à ses troupes depuis le dessus d'un tigre vers 1941.

Getty Images / Keystone

« [Le tigre] fait aussi probablement référence à un fantasme guerrier de la société industrielle, qui est celui de la machine invincible entre les mains d’un adversaire diabolique qui surpasse tous ses adversaires, qui écrase tout sur son passage. »

—  Stéphane Roussel, spécialiste en questions géopolitiques et militaires

Instrument de terreur

Les alliés doivent souvent sacrifier cinq tanks de type Sherman pour neutraliser un seul tigre. Des soldats refusent de charger s’ils sont susceptibles d’affronter les fameux chars.

Des soldats américains inspectent un char de modèle tigre monté d'un mortier, le 24 avril 1945.

Les tigres étaient parfois pourvus de mortiers et devenaient ainsi des « sturmtigers » (tigres d'assaut), comme en témoigne cette photo datant du 24 avril 1945.

Getty Images / Fred Ramage

Le 13 juin 1944, lors de la bataille de Villers-Bocage, une division de tigres parvient à freiner les troupes britanniques qui étaient à la veille de percer les défenses allemandes, prolongeant de deux mois la libération de la Normandie.

Au cours de cette émission, Stéphane Roussel raconte également la destinée de l’un des plus célèbres pilotes de tigre, Michael Wittmann.