•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
L’Oulipo, ou l’art de jouer avec les mots

L'histoire de l'Oulipo, avec Richard Boivin

L’Oulipo, ou l’art de jouer avec les mots

Publié le 15 avril 2021
Raymond Queneau et le groupe Les Frères Jacques badinent dans un wagon de tramway en 1954.
Raymond Queneau avec le groupe Les Frères Jacques en 1954PHOTO : Getty Images / Keystone

Prenez un nom et remplacez-le par le septième nom qui le suit dans le dictionnaire. Maintenant, appliquez cette règle à un texte complet. Depuis 1960, c'est ce que fait l'Ouvroir de littérature potentielle, ou Oulipo. Créée par les pataphysiciens Raymond Queneau et François Le Lionnais, cette école littéraire propose des contraintes littéraires plus folles les unes que les autres. Richard Boivin, ex-professeur de littérature, donne à Jacques Beauchamp un aperçu des œuvres singulières qu'elle a engendrées.

Avant l’Oulipo, il y a la pataphysique, une soi-disant « science des solutions imaginaires » inventée par Alfred Jarry (1873-1907), auteur d’Ubu roi.

Langue, ouvre-toi

En 1960, l’Ouvroir de littérature potentielle devient une sous-commission du Collège de pataphysique. Raymond Queneau et François Le Lionnais, ses fondateurs, sont respectivement un écrivain féru de sciences et un mathématicien amoureux de littérature.

Il s’agit d’un club sur invitation dont font notamment partie Noël Arnaud et Marcel Duchamp, et dont les règles sont condensées dans un ouvrage de 1000 pages.

« Ce qu’ils veulent, c’est défier l’inspiration. […] En travaillant de manière absolument systématique, avec des règles de création, on n’a plus besoin de l’inspiration. En fait, aucun membre de l’Oulipo ne croit à l’inspiration. »

—  Richard Boivin, ex-professeur de littérature
L'auteur Georges Perec entouré d'une meute de journalistes en 1965.

Georges Perec, au centre, a écrit des ouvrages complets en suivant les règles de l'Olipo.

afp via getty images / -

Haute-voltige littéraire

En 1969, Georges Perec publie La disparition, un roman de 300 pages considéré comme l’exemple le plus célèbre de langue Oulipo. Le texte ne comporte aucune lettre « e ».

En 1972, il fait l’inverse avec Les revenentes, un monovocalisme dans lequel le « e » est la seule voyelle.

En 1989, l’écrivaine Line Mc Murray fonde l’Académie québécoise de pataphysique, qui constitue un chapitre québécois de l’Oulipo. L’artiste Raôul Duguay en fait partie.

Au cours de cette émission, Richard Boivin explique aussi comment on peut suivre les activités de l’Oulipo aujourd’hui.