•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
William Turner, peintre de la lumière

William Turner, le peintre de la lumière, avec André Gilbert

William Turner, peintre de la lumière

Publié le 2 avril 2021
Autoportrait du peintre anglais William Turner réalisé en 1799.
Autoportrait de William Turner (1775-1851)PHOTO : Joseph Mallord William Turner

Tempêtes spectaculaires, mers tumultueuses, effets de lumières passagers... Pour lui, la nature était quelque chose de dynamique, mouvant, qu'il fallait capturer sous son jour le plus dramatique et expressif. Ses imposantes toiles peintes avec de minuscules pinceaux ont fait de lui l'un des plus grands paysagistes de son temps. André Gilbert, commissaire d'expositions, raconte à Jacques Beauchamp comment William Turner a mis le voyage au centre de sa peinture.

William Turner naît à Londres en 1775 dans un milieu modeste. Intéressé aux images depuis un très jeune âge, il entre dès l’adolescence au service d’architectes et de graveurs.

Au début de la vingtaine, il devient le plus jeune artiste à entrer à l’Académie royale de Londres.

Près de ses origines

Bourru et dur en affaires, il connaît le succès très tôt, mais garde l’accent du Londres populaire même lorsqu’il côtoie les plus grands collectionneurs de son époque. Parallèlement à son art, il fait aussi de l’illustration commerciale, notamment pour des ouvrages littéraires.

Selon André Gilbert, William Turner est un réaliste épris d’observation active : il doit se rendre sur place afin de peindre un paysage.

Tableau intitulé Tempête de neige sur mer, peint en 1842.

Tempête de neige sur mer (1842)

Joseph Mallord William Turner

« Il cherche en fait à faire du paysage un art qui transcende la simple reproduction de la nature pour devenir l’équivalent, par exemple, de la grande poésie épique. »

—  André Gilbert, commissaire d’expositions

Chasseur d’images

Jusqu’à son grand âge, William Turner passe le plus clair de la belle saison à voyager, seul et souvent à pied. Il dessine ses ébauches dans des carnets le jour, en tire des aquarelles le soir, puis réalise ses huiles l’hiver.

Le tableau Tempête de neige en mer (1842) est accompagné d’une légende : William Turner se serait fait attacher au mât d’un bateau quatre heures durant pour mieux connaître son sujet.

Au cours de cette émission, André Gilbert raconte comment l’une de ses toiles s’est retrouvée dans la collection de Maurice Duplessis.